Armes et labyrinthes

Cet article est un essai. Juste pour poser ça là.

Téléchargement de la semaine au doux nom de Enter The Gungeon. Un titre sorti il y a bien longtemps sur PC et maintenant dispo sur un peu toutes les plateformes. Pour le moment mon avis est mitigé même si je m’amuse à chaque partie. Bizarre hein ?

Une petite explication du titre s’impose car pour ceux ne l’ayant pas téléchargé et hésitant lamentablement, ça peut servir… Je n’ai rien compris à l’histoire et j’avoue avoir zappé la vidéo de présentation (car j’en ai rien à cirer). Passer le changement de langue dans les menus (en anglais de base, va falloir que je vérifie la région enregistrée dans ma console), j’ai lancé la bête. Sélection de personnages plutôt sympa avec deux gars et deux gonzesses. Je prends la petite blonde car j’aime bien son fusil à pompe (arme que j’utilise très rarement dans les jeux). Petite blonde comme ses collègues nains d’ailleurs car le design du jeu est plutôt mignon et particulièrement bien vu.

C’est parti, entrons dans ce joyeux bazar. La jouabilité est très réactive (ouf !) et permet de ne pas en vouloir à la manette mais plutôt à ses réflexes. On évite les balles ennemies avec facilité mais il suffit d’un instant ailleurs pour se prendre une bastos dans la tronche. Après une moitié de cœur en moins (représenté par des balles, original…), vous allez vite faire attention la prochaine fois. Pour le moment, je n’ai pas accroché pour une raison toute conne qu’elle est. J’aime améliorer mon personnage dans un jeu… là, le bonhomme est toujours identique et commence à zéro constamment, ça à tendance à me briser les noix. Ce n’est pas pour ça que je ne reviens pas dans ces labyrinthes générés aléatoirement mais c’est ennuyeux. Pour le moment, je n’ai pas compris certains trucs et je reviendrai sur le jeu bientôt.

Je posterai quelques articles de jeu (sur Xbox One et Switch dans un premier temps, PS4 dans un second.) assez régulièrement. Ceux-ci seront effacés lors de l’ouverture officielle de Critikale. Pour l’instant, je ne fais qu’apprendre à utiliser WordPress car Critikale était sur NamoWeb Editor 5.5 depuis plus de 15 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *