Le futur de Critikale

Share

Je vais être bref.

Critikale est né en 2005, depuis trop longtemps. Comme moi. Les mises à jour que vous verrez sur ce site ne sont que le reflet de mon ennui. Je me lève, vais au boulot, joue à la console et un peu sur mon vieux PC, à mes vieilles consoles où ma fibre nostalgique s’éveille encore, je fais des soirées tranquille, régulières, une fois par semaine, avec mon ami Cédric.

Ma vie est bien triste cependant. Très. Comme de nombreuses personnes, j’ai merdé. Merdé dans mes choix, merdé dans mes opinions sur bien des personnes. Je pensais avoir des amis sincères, je pensais que mes décisions pouvaient toujours se rattraper. Ne pas avoir, en tout cas, les répercussions si désastreuses que je vis tous les jours. Critikale continuera d’être mis à jour, car c’est ainsi, c’est un fait, je m’ennuie et j’ai besoin de taper sur un clavier et faire mes trucs, comme je les appelle, pour exister.

Mais maintenant, même si vous aurez toujours des articles sur les jeux auxquels je joue, sur les nouveaux bidules à manger qu’on trouve dans les magasins, sur mes coups de gueules, mes envies, même si tout sera comme avant, Critikale un jour s’arrêtera et personne ne sera derrière à se dire que demain n’existera peut-être pas. Car tout le monde s’en fout, tout le monde en a rien à cirer de ma gueule, et moi, bien trop des autres.

La semaine prochaine, je reprends le boulot, mais je laisserai ici un article sur Trials Rising, et Dirt Rally 2.0. Et je vais continuer à suivre le plan, mon plan pour 2019.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *