N'entrez pas dans mon cauchemar

 

Elle est loin la fin d'année 2017 où je tentais de mettre fin à mes jours. Très loin le moment où mon très cher ami est venu chez moi après un ultime appel à l'aide sur Facebook. Un appel de craintif,  un appel de Mauvais, un appel que je ne renouvellerai pas.

 

Il est imprudent de parler de moi sur Critikale et c'est pourquoi, au fil des jours qui suivront ce message (et non cet article), je parlerai juste de jeux, de bonne bouffe, et de ce que je regarde sur Netflix, et dans la vie de tous les jours. Critikale ne se remet pas de cette année 2017, son mois de mai marquait le début de mon état, de ma déchéance. Critikale est moi, je suis comme prisonnier de ce cauchemar qui a débuté il y a bien longtemps, je ne sais même plus quand j'ai perdu ma raison de vivre.

 

Mon site est de nouveau ouvert et comme dirait un ami à moi, ami virtuel mais que je respecte : Critikale est piégé dans "un temps où les blogs étaient la force vive du net". Ce temps est en effet révolu et je n'ai pas su grandir au bon moment.

 

J'aime ce header de Red Dead Redemption 2, un cowboy et le fils d'un ami qui rentrent après une mission où il fallait le sauver. Jolie image. Et c'est pourquoi je dois être sincère avec vous.

 

Il ne faut pas entrer dans mon cauchemar, entrer dans mon cauchemar signifie être triste à un moment donné. Cela signifie qu'un jour vous vous réveillerez avec uniquement le son de ma voix qui résonnera dans vos souvenirs ou sur ce site. Je me suis assez battu et chaque jour je lutte pour trouver un semblant d'intérêt à ma vie, à cette vie que j'ai construit, que j'ai mené comme un âne, qui m'a bouffé l'esprit et la santé. Je suis seul, oui.

 

Vous êtes nombreux à souhaiter que je sois heureux et je vous en remercie ce soir, j'apprécie votre présence et vos conseils, ils sont juste inutiles car tout est écrit depuis longtemps. J'ai tout calculé, tout est prévu, tout est dans ma tête et oserai-je dire dans mon coeur. Fuyez ce cauchemar qui me tient prisonnier. Je ne veux pas que vous soyez triste, la tristesse n'engendre que le mal. Comme cette brume qui m'entoure où que j'aille. Il m'arrive souvent d'écouter les gens autour de moi et de ne pas être présent pour autant. Car je pense à cet instant où le grand froid arrivera. Je suis sûr que vous voulez que je reprenne goût à cette vie, vous, mes ami(e)s. Je suis persuadé que vous avez raison, étrangement, que tout n'est pas noir. Mais ce que vous ne savez pas est que je résiste tous les jours à ne pas en finir et ce n'est pas mes échecs pour aller mieux qui vont contrecarrer mes plans. Personne ne pourra me guérir de cette tristesse. Beaucoup de monde pense que c'est suite ma rupture très douloureuse de janvier 2013, d'autres, lorsque j'ai appris que je n'allais pas avoir d'enfant ce 7 mai 2010... Ou juste mon boulot qui me ronge tous les jours depuis 8 ans et peut-être plus.

 

Non, ce n'est rien de tout ça, c'est juste que les événements liés à ma vie, toutes ces choses merdiques qui me sont arrivés, sont dues à moi, et à moi seul, à mes actions et mes décisions. C'est moi le coupable, et comme tout coupable, il faut que je sois exécuté. À bien des moments j'ai été heureux croyez moi. Mon site, mes soirées avec mes amis, mes quelques sorties, mes passions, tout ce petit monde m'enveloppe dans un doux rêve. Hélas, ce cauchemar est en moi et tout le bonheur du monde ne pourra pas me sauver. Je l'ai compris il y a longtemps déjà, en 2017. Encore plus maintenant et cela empire.


Fuyez vous ai-je conseillé. Fuyez mais n'oubliez pas, toutes les larmes que vous pourrez laisser couler le jour J seront bien moins grandes si vous n'entrez pas dans mon cauchemar et si vous en sortez très vite.

 

La semaine prochaine, des petites messages plus sympathiques sur les jeux, et d'autres trucs comme des excellentes séries sur Netflix. La vie continue après tout, et le jugement final n'est pas encore là, bientôt.

 

 

Hammerwatch et My Time at Portia sur Xbox One

 

Toujours dans la préparation de l'article de réouverture de Critikale, petite pause ludique avec Hammerwatch et My Time at Portia.

 

Même si The Division 2 est plutôt délaissé ces temps-ci (pourtant excellent), je lance régulièrement la One pour flairer quelques promos de "petits jeux" (n'ayant pas envie de me concentrer sur un gros truc). Je reviendrai d'ailleurs sur Red Dead Redemption 2 car j'avais réalisé énormément de captures mises en ligne sous Wordpress (viré depuis). Elles reviendront bientôt avec un article regroupant mes jeux de 2018. Hammerwatch étant en promo il y a peu (6.99 € je crois) et peut-être même encore, il est téléchargé et après presque 5 heures de jeu, voici mes impressions. Pour My Time at Portia, comme vous le savez je n'ai pas respecté les clauses des demandes de remboursement sur Xbox One et je me le tape dorénavant. Un jeu sympa mais trop moyen pour le moment (30 €...).

 

 

Il y a de nombreuses salles fermées dans le jeu, qu'il est possible d'ouvrir avec des clefs (bronze, argent et or).

Ces clefs apparaissent au dessus de l'écran, à droite de la clef or se trouve votre nombre de vies.

 

Certaines salles sont remplies d'ennemis qu'il faudra forcément vaincre rapidement au risque de se faire déborder.

 

 

Les donjons sont plutôt identiques avec comme souvent, juste une skin particulière. En bas, votre vie (90 pour ma part) et la mana restante (seulement 23 pour le moment). Vous gagnez vie et mana en ramassant des items ou en activant un combo (plus de 10 enemis tués rapidement).

 

 

La carte est franchement chiante car elle apparaît en fondu sur votre gueule. Impossible de l'afficher autrement et de naviguer dans tous les sens pour savoir si on aurait oublié une pièce. Il faut se balader si la mémoire nous manque.

 

 

Plusieurs marchands sont accessibles dans les donjons. Ils vendent un peu de tout (armes, défenses, pouvoirs...). Y compris un spécial juste avant les boss de niveau (j'en ai battu deux pour le moment).

 

Voilà pour Hammerwatch. J'en suis plutôt content, il remplit le contrat. Graphiquement le jeu est propre avec un pixel art simple mais lisible (ce qui est le principal). La hitbox (zone de dégâts d'un sprite) des ennemis est d'ailleurs plutôt bonne, ce qui n'est pas forcément courant pour de nombreux jeux. Par exemple à Moonlighter (qui sera aussi bientôt visible sur Critikale), c'est à chier, ce qui nuit à la précision des combats du coup... Niveau jouabilité ce Hammerwatch est donc excellent. D'autres captures suivront.

 

Passons à My Time at Portia.

 

 

L'écran-titre augurait du meilleur pourtant. Une petite cahute, un crabe, un avion, une tour, un épouvantail, un outil... Bref, un jeu de ferme et d'aventure comme j'aime. Hélas...

 

 

Oui, je marche sur l'eau, je suis comme ça... De toute façon encore heureux car s'approcher d'un lac est dangereux. Chargement direct car impossible de toucher l'eau sans revenir sur le terrain. Non, pas d'effet de remous lorsque l'eau de la fontaine touche l'eau stagnante.

 

 

Comme nombreux jeux, il est possible de miner. C'est plutôt sympa mais sous exploité pour le moment. Il y a pourtant de bonnes idées.

 

 

Ce joyeux bordel est une fête qui a lieu le 18 du mois (il me semble). Des cadeaux tombent du ciel ou comme un gros connard vous devez les prendre avant tout le monde. Ici vous voyez tous les habitants du village de Portia. Comme Stardew Valley, il faut être pote avec eux.

 

Je relance une partie de Hammerwatch et vous aurez des nouvelles de ma pomme dimanche 28 avril, pour l'article...

 

 

Quelques modifications

 

Petites retouches sur Critikale (qui vont continuer jusqu'à dimanche) pour l'ouverture du site et la mise en ligne de l'article explicatif.

 

Retour aussi de la zone Respect, d'autres sites seront ajoutés, oubliés dans les nombreuses mises à jour de Critikale. Ou juste virés. Logo définitif que vous verrez bientôt dans la vie réelle...

 

 

Toutes les archives en ligne

 

L'intégralité des archives de Critikale (depuis 2005) sont en ligne avec la nouvelle-nouvelle interface. Quelques simples changement de couleur pour cette année 2019 qui risque d'être marrante.

 

Rien d'autre à dire, niveau jeu je continue My Time at Portia et ne lance plus The Division 2 pour le moment, juste des petits jeux seulement. L'article de réouverture sera prêt pour dimanche 28 avril (soir) et après Critikale se concentrera sur les critiques de jeux et autres. J'effectuerai aussi quelques corrections sur mes anciens articles ainsi que des éditions.

 

 

Année 2010 en ligne

 

Une seule année ce soir bénéficie de la nouvelle interface.

 

Pas de nouvelle autre que celle-là, Critikale se rapproche de sa réouverture. Plus que 5 ans (2005 à 2009) et l'article explicatif sera disponible. Demain soir, certainement deux autres années feront leur apparition (2008 et 2009) pour finir avec les années 2005 à 2007 ce jeudi 25 avril. L'article de réouverture arrivera quant à lui dimanche 28 avril selon mes prévisions diaboliques.

 

Cette date n'est pas anodine et l'article qui me présentera une dernière fois ainsi que Critikale en témoignera.

 

 

Années 2011 et 2012 en ligne

 

Nouvelle interface pour les années 2011 et 2012. Deux années très particulières et évidemment pas dans le bon sens.

 

L'année 2011 a été un réel cauchemar et certainement le début des problèmes pour ma part. Même si, d'ailleurs, cela ne se voit pas forcément en lisant les nombreux articles. L'année 2012 a elle été lamentable à bien des égards.

 

L'article pour la réouverture de Critikale arrivera lorsque l'année 2005 sera remise en ligne avec la nouvelle interface. Car je dois relire quelques trucs pour arrêter de parler de moi. Vous comprendrez.


Petite note légère et surtout ludique, Microsoft a refusé le remboursement de My Time At Portia (je m'en doutais après le remboursement rapide de Furi) mais le jeu n'est pas si mauvais, j'y reviendrai. Je vais recommencer bientôt Ghost Recon Wildlands, et peut-être acquérir de nouveau une PS4 (ce sera la 3e) pour finir Horizon Zero Dawn, reprofiter de mes jeux téléchargés sur cette console et patienter pour The Last of Us 2, et pourquoi pas Day's Gone.

 

 

Année 2013 en ligne

 

Nouvelle interface aussi pour l'année 2013, une des pires de ma vie.

 

L'article présentant les problématiques de Critikale et des miennes arrivera logiquement ce soir. Pas mal de trucs à écrire et surtout l'ultime fois où je parlerai directement de moi. Critikale servira de vieux blog pour mes tests de jeux et certains autres trucs présentés ce soir. Rien de bien nouveau en somme mais plus paisible.

 

Les pages annexes : À propos du site, Mots à mots et Critikale Magazine sont mises à jour avec la nouvelle interface. Lese deux pages cachées (comme nombreuses) où j'essayais en vain de comprendre la politique ne devraient pas revenir (1 et 2). Idem pour la page amorcée de Stardew Valley.

 

 

Mise à jour des archives et un peu de jeux

 

Critikale revêt sa nouvelle interface depuis les archives de 2014. Modifications en ligne. Parlons un peu de jeux histoire de se remettre dans le bain avant les archives de 2013 demain et le fameux article tant attendu.

 

Les visiteurs remontent mais j'ai bien du mal à retrouver les années fastes de 2007 à 2009 environ. Tant pis.

 

 

Stardew Valley tourne toujours dans ma Xbox One. Après 6 ans (dans le jeu) et 210 h (dans la vie), il fait toujours parti de mon Top 10 depuis que je joue (35e année en 2019...). La mise à jour multijoueurs et la langue française se fait attendre depuis bien trop longtemps mais tant pis, ça reste un moment de plaisir et l'oubli de bien des troubles.

 

 

J'attendais ce My Time In Portia avec une sacrée impatience, connaissant pourtant le jeu depuis peu. En effet, je l'ai découvert dans les "jeux à venir" de la console. Après avoir visionné des vidéos et lu quelques tests, j'ai tout de suite craqué et acheté le jeu à sa sortie. Hélas, j'ai demandé le remboursement (et récemment du jeu Furi). Si ce dernier a été remboursé, j'attends encore pour My Time In Portia. J'y reviendrai de toute façon pour vous en dire un peu plus...

 

 

Une simple capture du mode Photo de The Division 2, unique jeu qui tourne en boucle dans ma console. Bien des captures suivront celle-ci bientôt. Bien meilleur que le premier opus à part l'ambiance. Ce n'est pas l'hiver de The Division qui fait ça mais juste l'intrigue moins poussée pour le moment, j'attends de voir après le End Game.

 

Des nouvelles demain avec l'article qui explique le pourquoi du comment du bidule, que Critikale dormait depuis des lustres, et quelques autres infos.

 

Comme annoncé il y a un ou deux ans (!), je ne parlerai plus de moi.

 

 

Impeccable

 

Plus d'un an sans nouvelle de Critikale et par extension, de ma gueule. Imaginez bien que certains événements chaotiques sont la cause de ce silence radio. Je suis de retour pour un temps compté mais un temps que je vais mettre à profit pour laisser des traces qui tâchent.

 

Pour le moment, et comme toutes les réouvertures du site, Critikale est au point mort. Les pages sont bien sûr toutes en ligne, même les archives depuis 2005, mais il se peut que vous rencontrez des problèmes de navigation. Captures manquantes, liens menant à rien, fautes intempestives, erreur de mois, archives incomplètes. Bref, la routine. Cette semaine, deux choses, une petite soirée avec mon frère qui va m'éviter, encore cette semaine, de me couper les veines, et un article sur The Division 2, mon jeu du moment sur Xbox One X, bien meilleur que le premier sur de nombreux points mais un léger manque d'ambiance "mature". Les captures seront bien sûr de retour en Full HD et non en 4K car ma veille TV n'affichent pas cette résolution si chère à nos vies de nos jours...

 

Rendez-vous ce jeudi 18 avril pour un petit article sur Critikale, des captures de The Division 2 et peut-être de My Time at Portia.

 

La nouvelle interface du site ne changera pas, ni le logo (si si, vous le comprendrez d'ailleurs facilement plus tard...).

 

 

À propos du site

Mots à mots

Critikale Magazine

 

 

Images improbables

LaTong

 

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01