Traveller’s Rest (Steam), un excellent jeu pour se dire au revoir

J’avais présenté Traveller’s Rest (PC) très rapidement en février 2021. À l’arrache, avec deux autres jeux. Petit article et dernier avis sur Critikale avant l’article de clotûre qui sera en retard. Bon vent.

C’est qu’il en a fait du chemin le jeu de Isolated Games. Toujours en accès anticipé pour la modique somme de 11€19 jusqu’au 18 mai (13€99 habituellement), Traveller’s Rest est certainement ce qui se fait de mieux en matière de gestion d’auberge. Du moins en pixel art. Pixel art qui sera d’ailleurs grandement amélioré d’ici peu (enfin) mais qui reste en constante évolution depuis l’accès anticipé.

POURQUOI CET ARTICLE ?

Un article présentant un petit jeu sur Steam peut paraître étrange suite aux annonces diverses de Critikale. Petite explication.

C’est très simple, le dernier article prend plus de temps que prévu car je souhaite qu’il soit très clair. Un petit avis de Traveller’s Rest était prévu depuis quelque temps alors je me décide d’en parler. La raison est donc limpide.

TRAVELLER’S REST (PC / Steam)

Deux captures pour montrer rapidement l’amélioration des graphismes du jeu. Tout est plus joli. Et une mise à jour est attendue pour bientôt qui servira à proposer des sprites plus fins et des animations plus fluides, moins hachées.

Début d’une journée. Vous pouvez faire votre lit mais c’est inutile car l’option est surtout utilisée pour les chambres que vous pouvez louer (pour ma part, une seule pour le moment). Faire le lit est simplement une option qui apparait pour tout lit posé au sol…

On commence par les habituelles explications des différents menus. Ici, une fiche récapitulative de votre tarverne. On voit que j’ai un niveau de réputation à 7 (8 depuis ces captures), une capacité maximale de clients à 31 et d’autres statistiques sur mes recettes et le nombre de clients servis (1109 pour le moment). À l’heure où j’écris cet article, j’ai environ 25 pièces d’or dans mon porte-monnaie, ce qui est pas mal pour les achats du quotidien (graines, ingrédients, meubles, levure, bougies…).

Ici, tout simplement l’inventaire. La barre d’accès rapide bien connue de ce genre de jeu et le sac. Comme Stardew Valley, le tri se fait en deux secondes et tout peut être déplacé à notre convenance.

Les quêtes sont des commandes spéciales que vous pouvez accepter. Par exemple, j’ai deux quêtes actifs sur cette capture. De la bière légère avec du houblon aromatique et un pain d’orge aux graines. Si j’arrive à livrer ces deux commandes, je gagnerai respectivement 80xp et 23xp.

Les XP ne servent pas sur le menu Compétences. Ici, il faut utiliser des points précis (les trois joyaux à gauche de la fenêtre). Le principe est comme l’excellent Graveyard Keeper, on gagne des points spéciaux (d’agriculture par exemple) en crééant différents ingrédients ou en fabriquant des trucs. Ces points servent à débloquer d’autres styles de bières, d’autres styles de cultures, de fabrications… Je n’ai pas encore débloquer les liens ainsi que la magie.

Les voilà les points d’XP. Afin d’améliorer son personnage (rapidité de nettoyage, marchandage) ou améliorer nos appareils (rapidité de fabrication…), vous devez remplir les missions et ainsi gagner des points d’XP. Sur cette capture, j’améliore surtout la rapidité de fabrication, histoire de ne pas trop attendre pour les bières, aliments en général, et meubles ou fournitures.

Ici, simplement un lexique de toutes les recettes apprises, histoire d’en mettre certaines en favori par exemple.

Les options sont simples : plein écran ou non, résolution, caméra proche ou non et volumes d’effets. Les touches (ou boutons si vous jouez à la manette) sont paramétrables. Je joue au clavier et les clics de la souris me servent à valider une action. Pratique.

Dans votre taverne, il faut remplir mettre les fûts pour servir les bières. Mettre quatre fûts me sert à rien pour une double raison évidente. 1> je joue seul et il est difficile de servir une bière particulière et revenir voir le client. 2> le principe du jeu est logique, il faut remplir le carnet à gauche qui est en fait la carte à proposer aux clients. Ainsi, il faut mettre tout ce que vous avez créer dans le carnet et tout son contenu pourra être vendu. Le réalisme n’est pas glorieux ici car vous pouvez stocker 50 bières dans votre carnet pour les servir plus facilement, même pendant 2 jours ou 100 ans. Étrange mais le gameplay aurait être pénible sinon. Ou le jeu en coop (oui c’est possible) aurait été obligatoire. L’embauche de personnel (possible aussi) l’aurait été tout autant.

Petites captures simples sur mon auberge. On peut voir que j’ai 3 grandes tables, 3 petites et 3 individuelles. J’ai mis des porte-bougies pour le confort (et ainsi augmenter mes prix automatiquement). Idem pour les plantes qui augmentent aussi la note de confort de mon auberge. Le balai à droite est un balai magique qui nettoie le sol automatiquement. Il faut le faire soi-même au début du jeu. Dehors, des passants histoire de simuler un peu de vie (car on ne parle à personne).

Comme indiqué précédemment, voici le tableau des commandes (les valider et choisir des nouvelles ou même supprimer celles impossible à honorer pour le moment). La capture ci-dessus montre l’embauche du personnel (à débloquer). Je peux embaucher un barman, un agent d’entretien ou un gouvernant. Il ne me semble pas avoir vu de femmes dans le jeu…

La boite aux lettres sert à commander tout ce qui est débloqué (ou certains trucs particuliers). J’achète souvent des bougies et des graines. Les clients n’aiment pas manger dans le noir ou lorsque le feu n’est pas allumé le soir. Vous pouvez aussi acheter de la décoration. L’idéal étant toujours de la créer soi-même.

Plus tard dans le jeu, on peut débloquer l’étage et ainsi louer des chambres (une seule pour le moment). Ici, le client souhaite louer une chambre pour la nuit pour 55 pièces d’argent environ. On peut tout à fait négocier le tarif. Un petit jeu se déclenche alors.

Certains clients poseront problème. À vous de les calmer ou de leur donner un coup de serpillère pour les dégager.

Quelques captures d’une journée normale. Les points en vert sont les points de Réputation. Plus les clients sont satisfaits, plus la réputation donnée est bonne, et ainsi fait augmenter le niveau de la taverne (niveau 7 sur la 3e capture). Il faut faire un tour des tables pour les nettoyer et laver le sol (au début). Attention à bien allumer la cheminée la nuit car les clients sont vites insatisfaits.

Des roches sont disséminées un peu partout sur la carte. Elles se « recomposent » chaque jour afin de stocker des pierres. Idem pour les arbres (un peu plus lentement, tous les 3/4 jours). Les graines poussent en 3 jours, elles rapportent plus ou moins de fruits et légumes selon votre niveau.

Ma zone d’artisanat. De nombreuses machines sont à fabriquer. Tout ceci permet bien sûr de construire d’autres trucs.

Le jeu se veut réaliste car les humains sont des porcs. Bon ici, j’avais oublié pendant 1 jour de nettoyer la chambre. En bas à droite, des statistiques sur celle-ci. L’éclairage est en rouge car il n’y en a pas (j’ai mis une bougie depuis) et la fleur est fanée car la pièce est salle. Le niveau de confort de cette chambre est de 7 (11 depuis je crois).

La matière la plus importante du jeu : l’eau. Heureusement, la taverne a son propre puits.

Les modes Construction et Décoration sont excellents et bien foutus. Vous pouvez un peu tout changer dans votre taverne pourvu que vous ayez les matériaux nécessaires.

Dernière capture mais étrangement la plus importante, le contenu des coffres ! En effet, je l’ignorais pendant longtemps mais les coffres permettent de ne pas avoir besoin de stocker les ingrédients nécessaires aux recettes dans son inventaire (lourde cette phrase…). Ainsi, chaque zone d’artisanats doit avoir un grand coffre pour y stocker tout ce qui est nécessaire à la fabrication. Sur cette capture, j’ai trois coffres dans ma salle principale d’artisanats (d’autres peuvent être créées). Les coffres contiennent des fruits, des légumes, de la levure, du moult… Dans ma zone d’artisanats du bois par exemple, j’ai un coffre renfermant tout mon bois brut et d’autres trucs importants afin de faciliter leur accès et pas avoir un inventaire gigantesque.

ALORS C’EST BIEN CE JEU ?

Évidemment. Traveller’s Rest est quasi parfait niveau contenu et jouabilité. Mention passable pour les graphismes qui méritent vraiment un gros coup de polish. Rien de grave. J’aimerai simplement que les personnages sont plus fins, mieux animés, que les denrées soit plus lisibles, plus mignonnes, un peu à la Stardew Valley bien sûr. En l’état, le jeu est excellent et ne peut que grandir. Pour moins de 15 €, de longues heures vous attendent.

Je n’y reviendrai pas sur Critikale pour les raisons qu’on connaît. C’était mon dernier avis d’un jeu sur ce site et vous donne rendez-vous dans quelques jours pour les adieux.

chevron_left
chevron_right

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Commentaire
Nom
E-mail
Site