1/10 = 1/20 ?

Quelques fois, il est bon de rire. Comme Gamekult ou Jeuxvidéo.com, je reste perplexe par ce summum de bugs…

Les programmeurs (traducteurs ?) ont eu la bonne idée d’abréger « No Msg » sur le bouton de droite mais pas le « Voulez-vous sauvegarder la partie ? » sur le bouton de gauche, le principal en somme…

Les textures sont mises sur le décor comme si les programmeurs collaient du papier-peint (ce qui est un peu le cas du coup).

Un rude combat avec des chaises…

L’escalade (l’un des points extraordinaires du jeu nous souffle la jaquette), est assez drôle, voyez comme Vera (soie) se glisse sur le roche telle un lézard sur son caillou.

Devant notre belle Vera (ouverapa), les ennemis ne tremblent pas, ils ondulent !

Là, ce n’est plus possible, l’IA est trop précise, impossible de passer entre ces deux canapés ? Que nenni ! Les ennemis, tels des bouts de guimauve vertes chiasse, se glissent vers vous pour attaquer !

Un léger bug graphique comme on n’en fait peu (à part dans le jeu).

Ce screenshot m’intrigue… Comment des programmeurs peuvent nous pondre un jeu si merdique (selon les tests et les captures) et avoir un minimum d’originalité pour poser un matelas sur un ring où les élastiques supportent son poids ? Un joli décor je trouve. J’ignore à quel prix est vendu le jeu mais nul doute que des joueurs vont l’acheter pour découvrir notre « qui Vera mourra » et rire un peu.

Comment peut-on réalisé un jeu pareil ? L’équipe à l’origine de cette blague (il n’y a pas d’autres mots) sait programmer un jeu, créer un monde, une héroïne (même si le jeu provient du film éponyme). Pourquoi ne pas prendre son temps pour mettre à plat les idées et vomir un ersatz de Tomb Raider sympathique et certainement plus vendable ? Car avouez qu’à part les cheveux, cette Lara Croft du pauvre lui ressemble comme une goutte de gaz.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *