Jérémie Demay est-il journaliste ?

Jérémie Demay est un journaleux sévissant à la baveuse Gazette de Côte d’Or. Très prolifique, il couche sur le papier une rafale d’articles dans cette feuille de chou paraissant le jeudi, gratuitement. Un article m’a attiré plus que de coutume dimanche dernier. Cet article, après plusieurs lectures, me paraît être le summum du journalisme dirigé. Pour résumer la situation, cinq policiers entrent dans un estaminet afin d’appréhender un homme ayant craché sur des passants. Ils sont virulents, peu polis et, helas (sic !?), Alain Houpert (homme politique de son état) est présent dans la brasserie. Ce qui m’épate dans cet énoncé peu intelligent de mots et de ponctuation douteuse, c’est le ton employé par le journaliste. Des flics ? Des poulets ? Une matraque entre les jambes ? Il se permet une ironie digne d’un pauvre fanzine ou d’un simple blog ? Et celui qui a craché sur les passants dans tout ça ? Où est-il ? A t-il eu un amende, une remontrance ? L’homme politique aimerait qu’on crache sur ces enfants, sa famille ? Le propriétaire du bar (et non le tôlier/taulier comme indique M. Demay) aimerait, lui aussi, qu’un client lui crache à la gueule ? Ou préférent-ils des policiers (et non des flics, des poulets ou des « trois chevrons » comme indique M. Demay) qui prennent le temps d’entrer dans une boutique pour donner quelques notions de respect et de civisme aux gens ?

La Gazette est loin d’être un journal où mes yeux trouvent refuge, loin d’être un journal qui recèle de mots intelligents et surtout de langue soutenue. Cependant, il y a une limite à la rigolade et abattre un tel article dirigiste en vomissant des familiarités aussi grosses que leurs encarts de pub, à le don de m’énerver fortement. Le pire est certainement la dernière phrase « il repart la matraque entre les jambes ». Sous-entendu bien sûr la queue entre les jambes. Une honte au journalisme, tout simplement.

Petite note pour informer mes lecteurs (hou que ça grimpe !) que Critikale changera de ton (et améliorera son logo) dans très peu de temps. Rien de bien folichon mais il y aura plus (+) de longs articles… Essayez de faire un tour sur l’incroyable site de Stanley William Moore (ajouté en Respect), ça détend.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *