Le Saut du Doubs sans le saut

Comme prévu, levé aujourd’hui à 8 heures pour se rendre dans le Saut du Doubs.

Pour y aller, rien de plus simple, un grand bateau appelé l’Odysée (un des deux bateaux disponibles aujourd’hui) pour une balade d’environ 30 minutes (un peu moins). Un guide papote dans le micro (assez sympathique) mais ne traduit pas en anglais, ça doit être génial pour les nombreux touristes présents. Ne cliquez pas sur les photos de l’horrible site officiel, ça ne sert à rien, elles apparaissent à la même taille ! (à part de très rares) Risible.

Passé la caissière d’une incroyable amabilité et d’un sourire fantastique (j’en fais trop ? Non parce que c’était ignoble…), on peut se rendre en masse (c’est bien le terme) à l’embarcadère munis de nos papiers bleus et jaune, signes des groupes. Nous étions bleus et pas de bol, les derniers à passer, hop, les places restantes ! Quelques pieds écrasés plus loin, on navigue tranquillement pour le fameux Saut du Doubs (oui j’y viens…).

Forcément, qui dit bateau dit remous. Rien de titaniesque (humour inside) là dedans, tout était plutôt calme à part le bruit du moteur et de l’hélice. Impossible d’ailleurs d’y jeter quelques débiles.

C’est parti pour les photos. Précision importante : il n’y a pas de problèmes de réglage ou quoi que ce soit, les photos n’ont pas été prise à la même heure (aller / retour) et le ciel était franchement pénible au retour, impossible de faire quoi que ce soit de correct avec ma drouille d’objectif. Très terne, le ciel n’était pas aidé cette fois-ci par le soleil qui n’arrivait pas à percer les méchants nuages.

Ci-dessus, photo prise à l’arrivée du bateau au moment ou le ciel était franchement parfait. Mise à part les deux photos ci-dessous (et donc celle au dessus), les autres ont été prises lorsque les nuages cachaient le soleil.

Sur l’autre rive, on pouvait apercevoir la NLB (Navigation sur le Lac des Brenets), un nom typiquement suisse (ou même canadien). Cette grotte suisse ne peut pas être visitée car elle est protégée (ou bientôt protégée, j’avoue ne plus me rappeler de ce que l’autre zigoto baragouinait). Je me rappelle seulement qu’elle fait plus de 500 mètres de profondeurs à l’horizontal et qu’elle devrait être classé parmi les lieux helvétiques importants. Bref, je ne sais plus…

Petite explication du titre maintenant, pourquoi le Saut du Doubs sans le saut ? Simplement parce que je n’ai pas pris en photo la cascade (le Saut du Doubs justement !) et seulement le paysage, bien plus beau. J’ai bien sûr quelques clichés de cette cascatelle mais elle est tellement petite et franchement chiante à photographier que tous mes essais sont un échec. On pouvait certainement descendre de l’autre côté pour la voir mais ce doit être pénible surtout à 50° C dehors… Bref, une belle balade et deux bons repas piquenique (évitez le trait d’union). Arrivés ici, j’avais bien sûr un avis de passage…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *