Des retours

On pourrait presque marier ce titre avec le billet du 26 juin mais c’est d’autre chose que je souhaite parler. Mon iPhone est de retour chez moi !

Laissé le 12 mai 2010, et pendant 15 jours, à un SAV qui l’a envoyé au mauvais endroit, puis laissé à un Club Bouygues Telecom dans le centre commercial où je bosse (très désagréable cette boutique Bouygues), mon iPhone a été echangé par Apple avec une belle augmentation de 240 € sur mon forfait prochain… Je vais donc quitter Bouygues en septembre et reprendre un autre portable chez Orange avec une assurance Casse/Vol. Un iPhone 4 ou autre chose si Microsoft se décidé à sortir quelque chose de valable. Il est donc là, avec l’OS4 fraîchement installé et mes programmes achetés de retour. Non sans mal car je n’ai pas trouvé le moyen de tous les remettre sur le « nouveau » portable. Malgré le raccourci bien connu sur iTunes, ça n’a pas marché. J’ai juste récupéré mes contacts et mes préférences. Le reste, que dalle.

Il est là (avec un photo d’un flou terrible !!) et fonctionne parfaitement (sans blague ?).

Les plus malins (et Dieu sait qu’ils sont nombreux à lire Critikale) auront remarqué que le titre de ce billet est au pluriel. Normal, grâce à ma moitié, autre chose est de retour aujourd’hui.

Le Tome 3 de Gears of War (sorti en mai de cette année) est lu et rangé dans ma bédéthèque. La lecture fut rapide comme tous les tomes mais agréable. Et les dessins sont plutôt bons (peu détaillés au niveau des visages mais très colorés). Les Gears changent quelque fois de tête (j’me comprends) et c’est le genre de truc qui me gonfle dans un dessin mais ça reste correct.

Avec les tomes de Gears of War, vous pouvez apercevoir le dernier volume de Soeur Marie-Thérèse, les trois premiers tomes de Rahan (en intégral, un jour j’aurai l’argent pour les finir…), deux éditions de Scrooge (la vrai et la nouvelle) et quelques exemplaires de Calvin & Hobbes (un de mes BD favorites). Je présenterai mes BDs bientôt.

Petite annedocte pour finir. Normalement, ma copine achète les bouquins chez Cultura (ou moi sur Amazon) mais là ce fut la FNAC. Le vendeur lui soutenait mordicus qu’il n’existait que le jeu vidéo et non de BD de Gears of War. Décidément, mettre des vendeurs transparents partout est une mode. On ne peut pas tout connaître mais on ne soutient pas si on ne connait pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *