Démos de Enslaved et Gothic 4 essayées

C’est le mois des démos sur Xbox 360 mais point des achats. À part Halo Reach qui tourne tous les soirs dans ma console, aucun autre jeu de ma liste de mes attentes 2010 n’a été acheté. Sauf Raiden Fighters Aces mais sa réservation date un peu… Ce dernier voit d’ailleurs sa date de disponibilité repoussée au 29 octobre !

Avant de parler des démos essayées tout à l’heure, j’ai reçu hier ou avant-hier, je ne sais plus, le Monster Cable que j’avais commandé en Angleterre. Histoire de virer celui de la marque Hama acheté il y a deux semaine environ.

Même si la différence n’est pas aussi transcendante que mes yeux pouvaient le croire il y a peu, c’est tout de même bien mieux. Les couleurs ressortent plus (et sont moins saturées), les contours sont meilleurs, plus fins.

Allez, passons aux démos. Et si, une « petite » chose cependant, pendant notre petite balade alsacienne, nous avons acheté le dernier tome de Blacksad (site officiel). Une suprenante bande dessinée dont le coffret contenant les trois premiers trônent chez moi.

J’ai déjà téléchargé Gothic 4 – Arcania dont voici quelques mauvaises captures.

Je n’ai jamais essayé de Gothic, pourtant le jeu remporte un certain succès chez les joueurs PC. Je ne le repeterais jamais assez mais mon PC n’a pas une carte graphique puissante, loin de là (Ati Radeon 2600XT) et je ne peux pas jouer à des jeux en 3D. Il n’y a guère que Plants vs Zombies et Typer Shark qui passent, mes jeux les plus joués. Ce Gothic 4 n’est pas mauvais, du moins une démo ne peut pas refleter la qualité d’un tel jeu. Tout ce que je peux en dire est très simple : c’est laid et ça rame. Des petites captures comme celles du dessus ne rendent pas justice à la laideur du jeu et ce n’est pas aussi laid que ça (quand même…) mais ça reste un jeu PC refait à l’arrache sur console.

Sean Connery Diego est un des personnages que vous rencontrerez pendant la démo. Les dialogues apparaissent avec deux choix, soit vous dialoguez normalement, soit vous vous barrez. Le choix est énorme…

Les menus sont affreusement laids… Par contre, lors de la fouille d’un corps, la caméra est plutôt originale et agréable. Peut-être est-ce déjà ainsi dans les autres épisodes.

Pour résumé, malgré que le jeu rame, malgré qu’il ne soit pas très beau (il mérirterait un peu plus de « chaleur »), cela se laisse jouer et on se demande ce qui va se passer ensuite. Après tout, si l’aventure est longue, si les objets à ramasser sont nombreux et si l’installation sur disque dur améliore les chargements et un peu l’animation, pourquoi pas…

Passons maintenant à l’étonnant Enslaved. Étonnant car j’ignorais totalement l’existence de ce jeu (j’en avais entendu parlé) mais je n’ai pas regarder de vidéo ou un seul média.

Le menu de la démo est d’une laideur sans nom. Tellement laid qu’on se demande comment va être le jeu et si on ne doit pas revenir au menu Xbox tout de suite.

Les séquences cinématiques sont impresionnantes ! Tout simplement bluffant de réalisme et de mise en scène. J’ai rarement vu de simples cut-scènes aussi beau que des films en images de synthèses. Il faut le voir… Les photos sont très moches et ne rendent pas justice au jeu.

Graphiquement, le jeu est propre, très coloré et plutôt réaliste. Je regrette un peu le stick droit qui gère la caméra car c’est un peu trop abrupte, trop sec. À moins que je sois tout bêtement mauvais. Question d’habitude peut-être.

À un moment de la démo, vous êtes sur cet espèce de vaisseau (là où vous démarrez). Là encore, c’est extrêment impressionnant. L’ambiance vaut son pesant d’or !

Les animations tout aussi exceptionnelles. Là, un des réacteurs de « l’avion » qui crache du feu. Là encore, il faut vraiment le voir !

Cette dernière capture résumé parfaitement ce que je pense du jeu. Le cercle rouge un peu sur le droite c’est vous. Le cercle vert, en haut à gauche, c’est l’immeuble que vous vous paierez si vous ne vous bougez pas le cul d’ici… En fait, dans cette démo, Enslaved se résumé plus à un superbe film intéractif qu’à un jeu bien réel, avec des phases de liberté. Ce n’est pas foncièrement chiant mais la durée de vie risque d’en pâtir. C’est surtout la fameuse replay value que j’affectionne tant qui va décliner gravement. Est-ce qu’un tel jeu tournera encore et encore après avoir vu la fin. C’est un peu le problème de tous les jeux actuels mais le côté interactif de Enslaved pourrait lui coûter cher.

C’est tout pour ce soir… Et comme le dit ma copine franco-japonaise, demain, ça sera pire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *