Speedball 2 Evolution est disponible

Décalé d’un jour puis repoussé jusqu’au 28 février, Speedball 2 Evolution est enfin là, un jour avant d’après (faut que j’arrête, je commence à parler comme les gars de Tric Trac). Si un test sera réalisé en bonne et due forme sur Critikale, voici déjà quelques captures d’écran histoire de patienter un peu ou même de foncer acheter ce jeu à seulement 2.99 €.

Avant toute chose, sachez que Speedball 2 Evolution sur iPhone est la meilleure version de l’édition originale sortie à ce jour. Mise à part, bien sûr et hélas, des défauts presque logiques… Il est aussi bon de noter un excellent tutoriel au début du jeu.

Speedball 2 Evolution (iPhone) – Première main avant le test complet

Les plus

• Graphismes subtilement améliorés

• Logos pour les équipes

• Tutoriel

• Jouabilité au pad virtuel ou à l’accéléromètre

• Un bouton unique pour les passes, le tir, les tacles

• 10 saisons

• Menus très pratiques

Les moins

• Pas de statistiques (aucun suivi des joueurs ni de l’équipe, tableau des scores non consultable)

• Possibilité de changer le nom de l’équipe mais pas des joueurs

• Pas de fiche présentative de chaque équipe

Avant les habituelles captures d’écran (ou photos) de Critikale, une petite explication sur ce nouveau jeu iPhone s’impose. D’ailleurs, ce premier test devrait être sur cette page mais bon elle va être optimisée. Il faut savoir que Speedball 2 Evolution est distribué par Tower Studios (et créé par Vivid Games). Tower Studios comprend un des trois « frères » ayant fondé les Bitmap Brothers (Mike Montgomery), ainsi que Jon Hare, un des créateurs de la série Sensible Soccer. Lorsque le jeu se lancer, une vidéo en image de synthèse mais pas réellement animée commence avec une bonne musique. Le Speedball est un sport simple opposant 9 joueurs (1 gardien, 2 défenseurs, 2 milieux, 1 centre, 2 ailiers, 1 attaquant) dans un match de deux mi-temps de 90 secondes (oui seulement). Des mi-temps supérieures auraient permis des scores fleuves style 890 à 1500… 10 point par buts mis, 10 autres par K.O., 5 par matchs nuls et 1 points par tranche de 10 points marqués (buts).

Écran-titre très clair. Une option CAREER sur 10 saisons (elle commence par un petit tournoi de 3 matchs maximum histoire de se mettre en jambe et de booster un peu notre équipe) et vous débutez en division 2 (comme d’hab). Un QUICK MATCH (match amical contre les équipes débloquées), une option CHALLENGES, MULTIPLAYER et la salle des trophées. Les options sont excellentes car vous pouvez changer le mode de fonctionnement de la jouabilité (accéléromètre ou pad virtuel). À noter que les écrans sont très réactifs et qu’ils se chargent très rapidement. Le petit icône en bas à droite est l’habituel (hélas) achat intégré de l’App Store, en gros vous pouvez payer (par tranche de 0.79 €) pour acheter des $ dans le jeu. $10.000 coûtent par exemple 0.79 € pour augmenter facilement les capacités de vos joueurs. Je trouve ce genre d’options complètement connes, les mêmes que dans les jeux EA Sports d’ailleurs…

Vous pouvez juste modifier le nom de votre équipe (Brutal Deluxe par défaut). J’aurai dû d’ailleurs laisser ce nom d’équipe car il est logique. Une simple barre pas très précise des forces en présence mais pas de Fix comme dans le vrai Speedball 2 Brutal Deluxe (l’écran de pré-match pour comparer facilement deux équipes). L’équipe Revolver est toujours aussi mauvaise (comme dans les anciens Speedball).

Mauvaise certes mais la victoire n’est pas des plus glorieuses… Seulement 52-24 au score final. Vous voyez d’ailleurs au dessus de l’écran l’inscription QUARTER FINAL, ce match fait parti des trois matchs qui débutent le mode Carrière.

Un des défauts (hélas logique mais pénible) de cette version de Speedball est l’absence totale de statistiques (moi, adorateur de chiffres). C’est pénible car c’est facile à faire (je pense). Du coup je ne vois pas à quoi sert le nom des joueurs et même les visages différents (et bien réalisés pourtant). Le Gordon sur l’image juste au-dessus est le meilleur marqueur contre Steel Fury. Vous voyez encore un autre défaut du jeu, deux casques bleus pour deux équipes différentes c’est super pour les différencier… (ce n’est pas le même bleu mais bon quand même !)

Un match compliqué contre Steel Fury (gardien chiant), Colin est ici le MOST VALUABLE PLAYER (mais là encore, sans stastistiques enregistrées, on s’en fout !).

Les seules stastiques sont ici. Buts marqués, nombre de K.O., nombre d’étoiles allumées, nombre de bumpers touchés, pourcentage de possession de la balle en métal, gains en dollars (les États-unis, maîtres du monde en 2100 ?).

Le tableau de la division en cours n’est pas consultable facilement (que lors des fins de match !) et impossible de voir la Division 1 (possible dans les autres versions de Speedball, que ce soit sur Megadrive, Atari ST ou Amiga).

Je trouve l’amélioration des joueurs super bien faite mais très rapide. Ici mon gardien a déjà 4 étoiles et des bonnes stats. Le défenseur à gauche (Raw Messiahs) est franchement déplorable niveau capacité…

Je vais faire quelques matchs histoire de mieux juger le jeu et attendre très impatiemment la sortie de Speedball 2 Evolution sur le PlayStation Network !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *