L’espèce humaine devrait être la seule en voie de disparition

L’ancienne citation de Critikale n’est plus et pourtant elle sera bien de mise tous les jours que Dieu fait. Car oui, le monde est mauvais et les gens qui s’y trouvent le sont certainement pour quelque chose. Un peu.

Il est impossible de voir des gars costumés en train de glisser sur du parquet blanc (comprenez par là que je ne peux pas suivre la NHL/LNH faute d’entente entre les joueurs et les dirigeants), et il est tout autant impossible de comprendre quoi que ce soit de ce monde à l’heure du médiatique numérique. Je suis un peu dépité ces temps-ci et ce n’est pas l’absence de soirée sympa entre ami(s), ex-ami(s), ex-collègue(s) ou ex-famille qui va arranger les choses. De la merde je vous dis.

Notons tout de même que cette semaine marquera (ou non) le retour des archives de Critikale (depuis 2005 donc) et aussi et surtout, le retour du menu ! (un peu zappé celui-là)

Alors un peu de moi en vrac pour ces jours-ci : Steam est en train de recharger mes jeux légalement acquis après l’installation de Windows 8 (4 secondes pour démarrer tout de même !, une flèche). Je joue toujours à Trials Evolution et les classements vont repartir dans l’année (surtout avec l’arrivée en début d’année de Trials Evolution Gold Edition sur PC), mon ami d’enfance va peut-être, enfin, acquérir un PC digne de ce nom pour jouer à de vrais jeux (entendez par là avec leur vraie résolution…), un Predator G5910 un peu ancien mais diablement vivace. Halo 4 ne fait toujours pas parti de ma ludothèque car j’hésite horriblement. J’ai essayé rapidement et ça me plait mais 60 € alors que la Wii U arrive… Et même pour cette dernière, impossible de savoir comment je pourrais me l’offrir. En financement ? Pas fan même si c’est le plus « logique » hélas. Je n’ai pas un budget aussi collossal que 350 € pour une console (pas plus de 150 € généralement, actuellement surtout). Faut voir les tests, si la console de Nintendo apporte vraiment un nouveau souffle à ma vie de joueur, de vieux joueur.

Le boulot est toujours identique alors je vais éviter d’en parler et pour une fois, cette semaine, mon repos est décalé. Je vous laisse ici en espérant trouver rapidement un nouveau… souffle de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *