L’éternel recommencement

Depuis dimanche soir, un vilain mal de dos perturbe mes mouvements et m’empêche d’être à 100 % dans ce que je fais. Demain, reprise du boulot après un étonnant arrêt de travail.

Étonnant car figurez-vous, il est très rare que je m’arrête. Ultra rare même. Là, j’étais complètement bloqué et c’était une pure et simple horreur de me déplacer (sur le moment). Alors forcément, un peu de repos s’imposait. La journée de demain va donc être soit calamiteuse pour mon dos, soit normale, à savoir douloureuse mais pas trop… Je vais voir avec l’ami Anthologik, dès la sortie du travail, un match de hockey sur glace. Match qui va peut-être mettre à mal mon dos mais qu’importe, cette petite sortie va me faire du bien, j’espère pouvoir me barrer du boulot assez tôt par contre, et ça…

Il n’est que 23 heures à l’horloge de l’iMac (que j’utilise de moins en moins depuis l’arrivée de Windows 8 sur mon PC) et je vais déjà aller me pieuter.

Petit message à mon très cher père qui m’a appelé hier soir, cela ne faisait que deux jolies années, environ, je suppose que le message laissé sur ton photoblog est pour moi, sans être prétentieux. Encore un léger sermon masqué, je vais essayé de balayer cette pensée pour attaquer ma journée de demain sereinement car sinon, des pains vont être distribués, et cela serait fort dommage après 4 jours d’absence. Surtout que mon mal de dos est toujours là et je sens qu’il en faut peu pour m’agacer. Pour revenir au message, j’imagine que personne ne connait le chagrin intérieur des autres et qu’il est difficile de se mettre à la place de quelqu’un mais il y a une différence entre écouter les autres et s’écouter soi-même. Non, petit père, ne m’appelle pas pour me resermoner de mes dires sur ce site, nous nous voyons bientôt, après tant d’absence(s), soyons adultes et taillons le bout de gras de vive-voix, en avril peut-être.

Dernière chose avant d’avoir mal au crâne et de me réveiller avec un mal de cou ultra chiant, j’ai ajouté un mot dans la page adéquate (Mot à mots). Ma copine m’a sorti un de ces mots répétés réguilèrement par les journalistes qui essaient de paraître plus intelligent. Elle n’a pas besoin de ça bien sûr (eux si) mais vu que j’ignorais le sens exact de ce mot, c’est l’occasion de rouvrir cette page abandonnée. Page qui est, je le rappelle, pourtant une des principales du site ! Notons que Critikale va être très légèrement modifié dans peu de temps mais rien de bien méchant, rien qui m’oblige à le fermer une poignée de jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *