Happy birthday to me (& Gisèle)

Il est là, le fameux article « happy birthday to me ». Mais qui est donc Gisèle ? Une excellente actrice tout bêtement et dont j’ignorais la date de naissance jusqu’à hier, 14 juin 1914 (99 ans).

Vous le savez (© Jean-Pierre Pernaut), cette année est particulière car j’ai perdu celle que j’aime et la seule qui me faisait avancer dans la vie. Ô bien sûr, tout ce que je dis ici est bien niais et mine de rien, cela arrive régulièrement. Rien que cette année, je ne compte plus le nombre de couple qui se sépare. Soit je porte la poisse, soit c’est tout bêtement la vie. Je penche bien sûr pour cette seconde solution plus plausible. Mine de rien, je suis bien las de tout cela. Mais ce jour est particulier, c’est le jour de mes 36 ans. Et si l’horloge du Mac indique une journée du 14 juin 2013 bientôt terminée, déjà, j »ai un maigre espoir que la vie me soit plus douce les six prochains mois.

Comme toujours je commence par mes remerciements. Aussi étonnant que cela puisse paraître, je vais adresser mes premiers baisers de joie à mon ex… Qui m’a souhaité mon anniversaire en avant-première, à minuit 04. Mon téléphone était déjà éteint car même si je ne me suis pas couché tard hier, je coupe ce dernier très tôt. Merci mon Nem, toi qui garderas ce surnom pour toujours et qui sera éternellement dans mon coeur, interdisant l’accès à un autre amour pendant bien longtemps… Merci pour tes cadeaux, ils m’ont font très plaisir, comme tout ceux que tu m’as offert pendant 8 ans. Je ne voulais pas de présents de ta part pour une raison que tu vas peut-être comprendre maintenant : cela me fait de nouveaux souvenirs, récents en plus, oui. Des souvenirs que je ne souhaite pas. Si je continue à vivre dans ces souvenirs, qu’adviendra t-il de moi ? Ta bouille de Nem me manque…

Merci à mon ami Raph, Anthologik sur ce blog. Merci d’être là, merci pour tes précieux cadeaux, merci merci merci. Des bisous à toi aussi et j’espère te connaître encore des paires d’années. Merci à Stephouille. Aucune nouvelle depuis des lustres mais l’agenda des smartphones aidant, j’ai eu droit à mon joyeux anniversaire. Remerciements sincères bien sûr même si l’acidité de mes mots peut te peiner. Rassures-toi, c’est juste la tristesse qui me fait réagir ainsi. Merci à ma mini mère. Il y a quelques temps, tu ne m’aurais pas envoyé de texto vu que tu ignorais l’usage d’un téléphone portable ! Les temps changent comme on dit et toi avec, en bien. Même si ta tristesse au boulot et ta fatigue due à une vie trop dure m’inquiète, je serais toujours là pour toi. Tiens bon la barre ma Bouboune. L’éclaircie vient après la pluie, et tu me pardonneras de citer un film, mais c’est un des plus beaux. Tout comme l’amour que je te porte.

Merci à mon père et à ma petite soeur. Vous êtes loin de moi mais je penses à vous. Là encore, les temps sont durs et j’ai une rancœur démentielle mais je vous aime tous les deux. Merci pour vos bons mots. Merci encore à Caroline et à mon frère. Mon frère, qui est le seul à m’avoir appelé lorsque tout le monde communique par texto et par mail. Merci pour ça car je ne suis pas un grand bavard. Je vous tiens dans mon cœur pour toujours, merci Caroline, merci Gaëtan, merci Louis. Merci bien sûr à mon Mat, mon Matt, et mon Nico. Mat, pour avoir été là ce soir et malgré tes 15 grammes dans le sang, tu possèdes une présence importante à mes yeux. Tu es une bonne personne, ne l’oublies jamais. Merci de nouveau à Matt, mon ours préféré. Tu as dégainé sur Twitter presque le premier et tu es toujours à l’heure, là où il faut être. Un gros bisous à toi vieux frère. Merci à Nico, ce vieux bouc, qui malgré son air grognon et un bonhomme, un vrai. S’entourer de bonnes personnes et l’art de la vie.

Merci de tout cœur à mon Fav, le jeu que tu m’as offert ce soir (Battefield 3 Premium) télécharge ses dix mille mises à jour. Je suis à la 2e seulement et les 1.92 Go demandés sont à 23 %. Plus que 15 Go et je pourrais commencer à jouer ! Merci en tout cas, car tout n’a pas été facile entre nous ces temps-ci. Un merci un peu spécial à Dim et Estelle, merci de ne pas m’avoir laissé seul ce soir car je n’arrive plus à faire bonne figure. Et votre invitation dans ce bon vieux restau, certes à la dernière minute, était fort bien venue. Je vous remercie pleinement. Merci bien sûr pour le très beau cadeau. Un cadeau particulier que j’affectionne. Je vais aller acheter une pompe pour la gonfler… Euh non là je divague !

Je pense avoir fait le tour et si j’oublie des prénoms, je m’en excuse gravement (j’oublie toujours quelques uns chaque année). Merci tout de même à certains collègues de boulot d’avoir glissé un « bon anniversaire » dans le « ça va » matinal et régulier. Petit appel pour Fabrice, ex collègue, je n’ai pas de nouvelle, ça me désole. Et ce n’est effectivement jamais moi qui en donne.

L’année 2013 est une année triste. Je vais faire en sorte qu’elle ne le soit plus. Bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *