Hero Corp, des héros ordinaires aux supers acteurs

Comme prévu dans ma tête à moi, j’ai fini de regarder la saison 1 de Hero Corp. Le 3e et dernier DVD (le 4e étant les bonus) a été gobé par mon lecteur Blu-Ray vieillissant, mais suffisant.

Que penser de cette fameuse série que je connaissais mais qui ne m’a pas assez convaincu pour faire partie de ma vidéothèque il y a bien longtemps (octobre 2008 – et ce que je faisais en octobre 2008…).

Les premiers épisodes furent excellents. Je me demandais ce que Simon Astier faisait dans ce village aux gens bizarres. Je me demandais pourquoi ils le regardaient d’un drôle d’air, ou le bar renfermait un serveur qui gelait les verres pour obtenir du thé glacé ou refroidir un café trop chaud,  un autre se figeait de temps en temps en prononçant certaines paroles, ou encore un autre essayait tout simplement de le tuer, d’une étrange façon. Les épisodes commençaient franchement bien et j’adorais l’ambiance particulière, simpliste, qui se dégageait de cette étonnante série. Hélas, au fil des épisodes, lorsque le super méchant a été découvert (le faux super méchant…). J’ai continué la série sans réelle conviction bien que je vais m’acheter la saison 2. Deux raisons à cela, son prix ne doit pas être élevé et je tiens à féliciter, platement, les acteurs de cette série pour leur jeu tout simplement parfait. Aucune fausse note, ils sont à fond dedans et suivent Simon Astier avec délectation. Je serai aussi le premier acheteur de la troisième saison, tournée en février en Bourgogne (le réalisateur étant né à Dijon). Je suis tout de même un peu déçu car on tenait là une série à la hauteur de Kaamelott, hélas, mister Astier s’est un peu perdu au fil des rebondissements, qui, justement, ne rebondissaient plus. Mais attention, je suis bel et bien devenu un fan. C’est ça, l’excellence de la famille Astier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *