Last of Us et Journey essayés !

Offerts gracieusement par Sony, je peux enfin essayer l’ultra bien noté Last of Us et le prétendu chef d’oeuvre Journey. Tous deux sur PS3. Avis mitigé pour le premier, conquis par le second.

Tenez-vous prêt pour une tripotée d’images et une nouvelle manière de mettre des annotations (vous me direz si vous aimez !). Nous commençons par Journey, mon coup de cœur pour ce soir. Je n’arrivais pas à décrocher du jeu. C’est la force de certains titres, vous voulez avancer constamment pour découvrir ce qu’il y a derrière cette histoire étonnante.

Pour le moment, j’adore ! Même si le titre de Thatgamecompagny ne doit pas être très long selon les tests, je suis pressé de me relancer dans cette aventure attachante. Le personnage est rigolo, la jouabilité est parfaite, les graphismes sont subtils, très fins, magnifiques, et l’ambiance générale du jeu est tellement étrange voire intense, qu’on ne peut pas déposer le pad. Je vais continuer ce périple jeudi et vous donnerai un nouvel avis. Sinon, que pensez-vous des nouvelles légendes des photos ? Celles-ci seront améliorer de temps en temps avant d’arriver à quelque chose que j’apprécie pleinement.

Passons maintenant au non moins étonnant The Last of Us. À la vue des tests (Jeuxvideo.com, Gameblog, Gamekult et bien sûr Metacritic), le nouveau jeu de Naughty Dog a tout d’un chef d’oeuvre, lui aussi.

Vous commencez le jeu un peu plus tard, réellement je veux dire. Comme souvent, les premiers pas sont là pour poser les bases, pratiquer un peu la jouabilité et raconter une histoire. Alors pourquoi mon avis est mitigé après ce dédale de compliments cachés sur ces screens ? Autant je trouvais le tout début du jeu plutôt intéressant, autant après quelques minutes, je trouve ça un peu ennuyant. Rien de grave bien sûr. Graphiquement propre, avec un framerate un peu mou mais correct, le jeu propose de vivre quelque chose de grand. Alors mon avis va certainement changer mais en l’état, je m’attendais à être plus surpris dès le début, très simplement.

Il est bientôt minuit et vu que je dois me lever dans 5 heures (!), je vais vous quitter lamentablement ici. En vous donnant rendez-vous certainement jeudi au pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *