Un peu de jeu avant le Grand Article

Une si longue attente de mises à jour et il y a forcément des choses à dire niveau jeu ! Voici quelques achats sur Steam ces derniers jours. Pour la plupart des petits-prix.

Pendant que ma connexion à deux balles dans ce nouvel appart télécharge l’early access de Next Car Game, commençons par l’étonnant mais moyen Shufflepuck Cantina Deluxe. Shufflepuck Café (1988) était sans nul doute possible un des jeux Atari ST qui tournait le plus régulièrement dans cette brique grise. Ce nouvel épisode qui n’est pas la suite du « café » est plutôt sympa mais sans plus. Je n’ai toujours pas trouvé comment modifier la résolution même si je doute que cela soit possible.

Pour le moment, peu de temps de jeu (environ 1 heure). Le fonctionne fonctionne simplement. Vous atterissez sur une planète inconnue et vous devez vous repartir… mais avant cela, acheter des pièces pour votre vaisseau. C’est ainsi que vous rentrez dans le premier et seul, bar venu et là commence la compétition. Les musiques de Shufflepuck Cantina Deluxe (pourquoi Deluxe ?) sont réellement bonnes et certaines ressemblent à s’y méprendre au vieux Shufflepuck Café. Peut-être que ce sont les mêmes d’ailleurs mais n’y a t-il pas des droits ? Où ont-ils été accordé pour cet épisode particulier ? Je ne me suis pas renseigner. Dans la capture ci-dessus, on peut voir différentes choses. J’ai 4 jetons que je peux dépenser dans les machines à sous (une par étage du bar). J’ai 13.100 points d’expérience. J’ai aussi 1.047 credz, la monnaie du jeu. Le niveau 7 (actuellement) est facile à atteindre mais je me lasse déjà du jeu. Je ne le trouve pas ultra jouable comme son illustre ancêtre. Où j’ai simplement perdu mon ancien niveau.

Les matchs sont très limpides. Chaque adversaire à un coup spécial et quelque fois un point faible. Ici, je suis contre Ayato, un adversaire moins moyen que le laisse paraître le score (4-0 pour moi). Le jeu reste très plaisant à jouer mais est vraiment lassant comme indiqué plus haut. Et j’avoue que cette légère inertie pour le déplacement du palet est vraiment chiante. J’y reviendra de temps en temps et reposterai des captures.

Continons par un titre étonnant, je n’ai téléchargé que la démo, j’attendrai un peu pour me décider pour le jeu complet. Gas Guzzlers Extreme et un jeu de bagnoles débarqué sur Steam au mois d’octobre 2013. J’ai téléchargé la démo pour simplement jouer à un jeu de caisses.

Les menus sont propres, rapides et agréables. Tout est facile d’accès et donne envie d’avancer.

Très jouable et vraiment beau (la capture ne rend pas justice au jeu), Gas Guzzlers ne sera cependant point acquis. La raison est ultra simple : le jeu doit être horriblement lassant en solo et je ne joue pas en réseau sur PC. Mine de rien, une réelle bonne surprise qui sera lancée quelque fois depuis ma bibliothèque Steam comportant maintenant quelques 60 jeux.

3e jeu de ce billet, Speedball 2 HD. Un jeu que j’attendais avec une très grande impatience lorsque j’ai su qu’il arrivait sur PC. J’avais bien aimé la version iPhone du temps où j’en possédais un et je me disais, stupidement, que cette version allait être boostée à la sauce PC. Rien de tout ça.

Autrefois, il n’était pas étonnant de perdre un match à Speedball (versions Megadrive, Atari et autres vieux trucs) car les matchs étaient très serrés et on devait batailler ferme pour remporter une rencontre et ainsi, atteindre la division 1. Comme vous le voyez ci-dessus, sur le papier les Super Nashwan étaient bien plus forts (mais aussi très offensifs), hélas pour eux, j’ai gagné par 278 à rien. Le jeu est vraiment très facile et il suffit d’avoir quelques stars dans l’équipe ou de piétiner le gardien pour marquer. Sur les autres supports, plus anciens, la défense était plutôt difficile à passer avant le portier.

L’argument était facile (plus de 300 joueurs uniques dans cette version HD). Ce sont bien sûr des personnages quasiment identiques qui sont proposés avec bien sûr des stats différentes. J’aurai aimé une vraie création d’équipe et une gestion bien plus poussée de l’effectif. Là, franchement, je suis ultra déçu même si cette version n’est pas mauvaise en soi. Comme Shufflepuck Cantina, le jeu est très lassant.

Finissons par mon coup de cœur ! Ceux qui me connaissent savent que je suis particulièrement friand des jeux où il faut taper le plus vite possible sur son clavier (je joue quelque fois à Type Racer et mon jeu PopCap préféré, celui où j’attends toujours la suite et la version française est l’incroyable mais vrai Typer Shark). Ce dernier est d’ailleurs introuvable en passant directement par le site officiel de PopCap. Je l’avais acheté il y a bien longtemps. Bref, l’étonnant The Typing of The dead fut directement dans ma collection Steam dès qu’il fut dispo. Et en plus, j’ai loupé de peu la promo à 8.99 €. Je l’ai donc acheté 13.99 €…

Un nouveau niveau terminé avec 91 % de précision (pas mal mais sans plus) et 1705 lettres saisies. Quelques mots restent difficiles en anglais car je réfléchis un peu trop quelque fois avant d’écrire…

Les dialogues de Typing of the Dead sont fidèles à ceux de House of the Dead. Touchants…

Ce bosse particulièrement laid me rappelle étrangement quelqu’un. Etant plus jeune, j’avais d’ailleurs la même coup, les seins en moins.

Hop, plus de tête. Les graphismes ne sont pas glorieux mais restent agréables et le jeu propose un bon moteur physique.

Pour le moment, aucun civil tué. Les premiers niveaux sont assez faciles.

Plus le cadre est rouge, plus il faut s’occuper de ce zombi particulièrement. On peut annuler une frappe en tapant la touche « retour arrière ». Idéal pour annuler un mot pour frapper une lettre afin d’éviter un couteau par exemple.

Pas besoin de mettre des majuscules mais les tirets et espaces oui.

Un jeu que j’adore ! Je vais en refaire une petite partie dès demain car enfin, je ne travaille pas. À très bientôt pour le Grand Article qui sera mis en ligne dans la journée de dimanche…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *