LDLC Dijon, du bon et du moins bon

Histoire de me mettre en mode Noël, un nouvel header fait son apparition, un peu bleu pour la fraîcheur des journées et avec un bonhomme de neige pour la rigolade. Cette photo n’est pas de moi, un header perso arrivera avant 2015…

Une journée bien fun… Le matin, direction la petite bourgade de Talant (21), toujours aussi triste, pour boire le café chez ma mère et surtout, oui surtout, demander un devis chez Renault car son contrôle technique (à la voiture de ma mère) n’est pas folichon. Mais vraiment pas. Le truc de dingue en somme. Comment cette voiture roule encore !? Histoire d’avoir une seconde présence peut-être un peu plus closed, j’ai voulu demander moi-même l’horrible devis. Hop, 500 €. Après calculs savants et devis ailleurs, je réglerai la somme. Comme dit ma minuscule mère, « je suis en retraite la semaine prochaine alors la voiture pourra faire qu’un an je m’en fous ». Pas faux mais pas exact. Au pire, je lui laisserai ma 2e voiture (non je ne suis pas riche, juste ultra économe, et un peu con aussi).

Puis est venu l’après-midi. Tranquille. J’étais serein (très crevé aussi) alors je me lance sur mon PC à la recherche d’un ultime cadeau pour quelqu’un. Là, quelle fut pas ma surprise lorsque mon ordi s’est éteint. N’ayant quasiment jamais eu de soucis avec un ordi depuis plus de 30 ans, je me suis dit « les ennuis commencent ». Après mille tests combinant plusieurs PC, le verdict était là : l’alim’ m’a lâché, méchamment. Je débranche tout ce bordel et me dit que je n’aurai jamais d’alim’ avant quelques temps vu que niveau magasins spécialistes expert à Dijon c’est la mort, surtout niveau matos. Là, une lueur jaillit et je tapote sur mon Windows Phone à la recherche d’une éventuelle ouverture cette semaine de LDLC. Diable, ce bougre de magasin est ouvert depuis mercredi à Dijon ! Je l’ignorais, je savais qu’il allait pointer le bout de ses boitiers en décembre, mais j’avais zappé la date exacte. Je fonce donc chez LDLC…

Arrivé là-bas, je rentre dans un magasin sobre, propre (encore heureux) avec deux vendeurs qui traînent et quelques clients. Je choppe vite-faite une alim’ PC et rigolard, je demande des conseils au gars qui revient d’un conseil-client. Je lui demande si j’ai bien tous les connecteurs sur cette alim’ de 600 W. Il me regarde, l’air ailleurs et me sors que nomalement à la rigueur si tout se passe bien oui. Mmh. Pour ne pas être trop débile, il est vrai que les alim’ PC c’est un peu une des questions redoutées par nos amis les vendeurs multimédia. Il tâte un peu la bête (l’alim’ Dell qui m’a quitté) et me dit, une nouvelle fois que bon ça devrait aller qu’il n’y a pas de raison que tout sera OK et que ben voilà quoi… Bon. Je lui demande de verifier à l’intérieur de cette boite scellée car il m’a foutu les boules. J’étais pourtant sûr de moi, sans trop le dire histoire de tester ces petits gars. Un de ses collègues l’ouvre (avec mon cutter) et va chercher un mètre (!!!!). Il me dit qu’il y a 30 cm d’écart… Je lui dit que ce n’est pas possible… Il me dit que oui, qu’il est fatigué de cette journée. 3 mm donc… Je lui dit que ce n’est pas grave que la taille doit être universelle, certainement à la rigueur…

Après bien des doutes lancés par ce vendeur, j’ai pris l’alim’ et elle est donc installé sur mon Dell qui lui, est ultra content d’avoir une belle alim’ de 600 W (histoire de voir l’avenir vidéoludique). Bref, j’ai posé beaucoup de questions aux deux gars présents et je dois avouer que même si la sympathie est là, les connaissances, du moins purement technique, ne le sont pas, là. Après, je connais le stress qu’on peut avoir avec les questions techniques et l’ambiance du LDLC Dijon est bonne. Ces deux ch’tits bonshommes débutent certainement mais le potentiel est là.

Vous avez certainement remarqué que le header est signé de trois logos : Instagram, Facebook et Twitter. Twitter, ça, vous connaissez pour Critikale, les autres arriveront un jour prochain… Ils sont déjà ouverts mais sous un nom totalement bidon et James Bondièsque… C’est marrant tout ce que ces réseaux sociaux nous apprennent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *