Création de cartes POKÉMON

Étrangement, je n’ai jamais touché à un jeu Pokémon. Pas forcément par manque d’intérêt mais je n’ai pas jugé utile de me lancer dans cette drôle d’aventure. Mais alors, pourquoi ce titre ?

J’ai pas mal de projet de jeux en tête, de plateau ou de cartes. Et de tout un tas d’autres trucs d’ailleurs.

Ceux les plus avancées sont les jeux de cartes Destruction Derby et Speedball. Idem pour leurs versions moins avancée en jeu de plateau. Je réalise aussi un jeu de cartes pour enfants basé sur les drapeaux (tous les drapeaux du monde). Tous ces projets me font travailler le cerveau et surtout, améliorent mes connaissances sur Illustrator CC, logiciel utilisé depuis la version CS3 (13e version) de 2007, licence acquise chez Saturn France. J’apprécie beaucoup les jeux de cartes, du moins leur aspect créatif et technique. J’avais décidé d’associer les Pokémons à un jeu de carte pour enfant, tout bête mais complet. Or, chemin faisant, je suis juste en train de créer des cartes de tous les Pokémons. Pourquoi ? Pour rien, pour m’occuper l’esprit et les mains. Penser à autre chose.

Voici certaines cartes. Elles ont déjà subi pas mal de modifications esthétiques.

Pas de design incroyable pour ces cartes, juste de la sobriété. Ceci est une version temporaire car des retouches seront certainement apportées. Pour le moment, je suis à 100 Pokémons (tous seront en carte). Les statistiques précises seront ajoutées plus tard lorsque la règle du jeu sera finalisée. La carte se compose du nom du Pokémon et son appartenance si besoin, de son image bien sûr, de statistiques rappelant l’excellent jeu Triple Triad de Final Fantasy VIII, des points forts et faibles du pokémon, de sa description officielle et de ses mensurations. Son identification est le numéro du pokémon suivi de son appartenance si besoin (Alola (xxx A), Galar (xxx R), Hisui (xxx H), Méga- (xxx M), Gigamax… (xxx G)). Simple. Le fond reprend la spécifité du pokémon. Du basique donc pour ces cartes mais cela ne s’arrêtera pas là. 8 cartes par page sous Illustrator CC. Je vais essayer de me mettre sur InDesign pour que tout ceci soit plus fluide, pour le moment je n’ai pas le temps de me pencher sur ce logiciel plus spécialisée dans les cartes à jouer, histoire d’automatiser un peu tout ce bordel.

Comme indiqué dans l’article précédent, Le Grand Livre n’est pas conçu pour résister au grand Web. Ainsi, il n’y aura plus de délire comme celui-ci sur la toile. Je vais faire mes trucs anti-suicide dans mon coin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.