Hors ligne

Nous sommes le 7 décembre et Critikale n’est toujours pas en ligne. Pourtant, j’écris sur mon blog alors que personne ne peut me lire… Quelle bizarrerie n’est-ce pas ? J’attends toujours que cette foutue diode @ de la Livebox décide de rester figée. Ce soir, fidèle à mes quelques soucis d’étourderie, j’ai remarqué que je n’avais pas branché le câble RJ11 dédié à Internet… Ni une ni deux, je me lance pour le brancher et là, toujours rien. Ouf quelque part, car j’aurai vraiment eu l’air con. Il y a quelques jours, j’appelle Orange pour leur demander si le décodeur Livebox (pour la TV Orange) est bien parti car on m’avait annoncé une date de livraison pour le 28 novembre. Dans la foulée, je leur demande si ma connexion Internet sera rétablie bientôt, si ils peuvent me communiquer une pseudo date de remise en ligne. La gourde au téléphone (quasiment pas un mot de français et un accent sorti de nulle-part) me sort que le colis contenant le décodeur est « en cours de livraison » et qu’il ne devrait plus tarder. Elle ajoute que ma connexion Internet sera rétablie deux semaines maximum après ma demande de déménagement. Là elle me sort que celle-ci a été demandé le 27 novembre. Je lui dis que non en précisant que j’avais fait la demande le 24 pour avoir une semaine d’interruption dans mon ancien appartement et seulement une autre semaine (si on considère la coupure maximum) pour mon nouvel appartement. Visiblement peu enclin à comprendre un mot de français, elle me fait un mix de toutes ses salutations écrites sur leur bouquin de merde pour me dire, en gros, « t’attends et tu nous saoules pas ». Quelques mots de politesse et me voilà comme un cul devant mon portable avec mon forfait qui joue à cache-cache avec mes unités (j’ai un forfait bloqué).

À l’heure où j’écris, en ce dimanche 7 décembre, je n’ai toujours pas d’Internet et encore moins de téléphonie résidentielle vu que les deux vont ensemble. Pendant ce temps, les connards du rez-de-chaussée de mon nouvel appartement foutent un bordel-monstre rien qu’en parlant et je ne vais pas tarder à péter un câble… Voire plus. Les pâtés-croûtes qui marquent « pas de plubicité » sur leur boite aux lettres au lieu du mot exact, on ne peut pas attendre grand-chose d’eux. Si notre immeuble est toujours aussi bruyant ça promet. Surtout que votre bloggeur préféré déteste le bruit, au plus haut point. Je vais rester zen et penser à mon prochain article, lorsque je pourrai lancer Filezilla et mettre Critikale en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.