Un bus et des clients

Comme pour justifier le lancement de ce jeu sur Steam, comme si nos amis les gens pouvaient critiquer de jouer à un tel jeu, comme si j’en avais quelque chose à foutre, voici quand même une petite histoire…

C’était lorsque j’étais petit, où mes cheveux étaient blonds, voire blancs, que je marchais bien péniblement avec mon père et mon frère pour participer aux randonnées dominicales. Vu que je me faisais un peu chier à marche comme un gland sans but précis à part bien sûr d’arriver au bout en gueulant, j’imaginais prendre des clients sur le chemin avec un bus. Oui, j’avançais mes bras devant moi comme un débile et je tournais un volant imaginaire pour faire passer le temps et me raconter des histoires avec les clients que je prenais. Je sais, c’est triste. Et ridicule.

Du coup, quoi de plus normal que de lancer The Bus, un jeu qui trainait depuis quelque temps dans ma bibliothèque Steam et que je n’avais pas installé. Je pense que c’était un oubli. Voici des captures, normal, un bref avis, logique et je vous donne dès à présent dimanche dans la journée pour l’Article Noir du mois de mai. Je quitte ma ville sous peu si tout se passe comme je le souhaite alors il y a des choses à dire, disons plutôt que c’est un début…

Tout commence à côté de votre bus.

J’ai opté pour une manette Xbox afin de jouer correctement. Pas besoin d’acheter un volant que mon temps de jeu en général et ça doit être bien chiant au combo clavier/souris. Après avoir slalomer entre les clients qui attendent, vous pouvez démarrer votre engin en ayant pris le soin que tout le monde soit monté et que la porte soit fermée… Hou que c’est lourd cette phrase.

C’est plutôt simple d’atteindre le premier arrêt. La jouabilité est excellente et la configuration des touches est bienvenue. Le jeu est en français à part quelque trucs non traduits. Mention spécial pour la radio, assez bluffante avec énormément de titres connus. Les voix allemandes ne dérangent pas, tout est plutôt bon, voire très bon niveau bruitages et musiques.

Il me semble qu’on peut activer le pare-soleil. Le lens-flare, brisé des développeurs depuis trop longtemps, est très présent en début de journée, tout dépend de la météo bien sûr (dynamique, au choix).

J’attends sagement au feu rouge. La ville est encore calme (il est presque 7 heures). Notons d’ailleurs que le trafic est dense et que la ville n’est pas morte comme certains jeux que je ne citerai pas. La circulation est là, les passants aussi, c’est plutôt vivant et c’est en Alpha, pourtant.

Ma première partie se déroulait la nuit (je n’avais pas changé l’heure, comme un gland). Ici, je suis une voiture de flics et la limitation est à 50 km/h (en bas à droite). Graphiquement le jeu s’en sort parfaitement (je suis en Épique dans tous les paramètres avec une 2070S). Ce n’est pas parfait bien sûr mais pour une Alpha c’est top, niveau animation aussi, ce n’est pas du 60 FPS (que j’apprécie) mais le jeu est assez stable pour être jouable.

La nuit, forcément moins de monde. Mais avec l’excellente radio et l’ambiance générale du titre, c’est un plaisir d’attendre à un feu et penser à rien.

Il me semble qu’il est possible d’allumer le panneau en dessous de la caisse (c’est là où la monnaie à rendre se trouve). Je n’ai pas trouvé. Les clients souhaitent plusieurs types de tickets, à vous de rendre la monnaie si besoin. Je pense que cela aura son importance dans le jeu final.

Trajet accompli malgré quelques erreurs. 5 étoiles est plutôt étrange. Je pense que le jeu ne compte pas les petits accrochages. J’ai en effet percuté une voiture à un feu (je n’avais pas vu qu’il était rouge, ni la voiture d’ailleurs…). Elle a continué la route sans broncher.

VERDICT (après deux trajets)

The Bus est déjà excellent en l’état. La conduite est agréable, l’ambiance est excellente (une vraie mention spéciale étonnante à la radio !) et le jeu s’en sort plutôt bien graphiquement. Pour le moment le contenu est richitique. Normal le jeu n’est qu’en Alpha. Il n’y a qu’un trajet possible (avec quelques variantes), le choix de la météo (dynamique ou non), de l’heure de départ (minuit à 23 h) et le sens de l’unique trajet dispo dans la ville de Berlin. Malgré tout, on sent bien les suspensions particulières du bus, et le réalisme des actions méritent de soutenir les développeurs. J’attends surtout le côté gestion avec l’option Economie (bloquée actuellement). J’espère qu’on pourra gagner du pognon et avoir une vraie gestion d’entreprise. The Bus repassera par Critikale prochainement, un jour, reprise du boulot oblige les mises à jour se feront rares.

À dimanche pour l’Article Noir. Qui sera d’ailleurs l’avant-dernier sur Critikale, et oui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Critikale.com