Man of Medan, n’ayons pas peur des tests

> 2021 > Man of Medan, n’ayons pas peur des tests

J’avais lu ici et là quelques mots douloureux pour ce Man of Medan, un jeu de la serie des Dark Pictures Anthology et par les créateurs intelligents de Supermassive Games. Créateurs derrière l’excellent Until Dawn. Tant pis, j’ai téléchargé…

Sur PS4 (testé sur PS5), l’excellent Until Dawn m’avait valu quelques belles soirées joliment accompagnées de cris et de terreurs sympathiques. Je me suis dit qu’un jeu disposant des mêmes développeurs et en plus, arrivé en 2019, soit 4 ans après Until Dawn, ne pouvait être que meilleur. Pour le moment, je ne suis pas déçu. Malgré les notes assez catastrophiques de la presse électronique plus ou moins spécialisée.

Un terrible 9/20 sur Jeuxvideo.com, un correct 7/10 sur Gameblog, un médiocre 5/10 sur Gamekult, un passable 12/20 sur Gamergen, et bien d’autres notes moyennes sur d’autres sites que je visite moins. Aucune note par les excellents filles/gars de Xboxsquad me semble t-il.

Place aux captures.

3 captures un peu simples mais j’ai quelques soucis de téléchargement depuis mes captures Xbox. Man of Medan est plutôt beau pour un jeu arrivé en 2019. Ici sur Series X, le jeu s’en sort plutôt bien avec des visages plutôt réalistes et des expressions correctes. Je n’ai pas encore jugé de la synchro labiale mais elle est bonne me semble t-il.

Man of Medan se joue comme n’importe quel jeu de son type et surtout comme Until Dawn, normal. Vous dirigez un groupe « d’amis » qui doit faire face à des étranges événements. Chaque personnage possède son propre caractère qui se développe au fur et à mesure de vos réponses, plus au moins bonnes. Même s’il n’y pas vraiment de mauvaises réponses, juste des chemins plus complexes.

Je vais continuer mon aventure et remettre, encore, des captures à plus tard. Je dois avouer que très peu de jeu m’enveloppe l’esprit comme je l’espère en ces temps merdiques. N’ayant toujours pas de vrai chez moi depuis le mois d’août commence à détruire mon moral définitivement.

À dans quelques minutes pour deux autres articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Critikale.com