Teardown (PC), le grand bonheur d’octobre

Il était dans dans ma liste de souhaits depuis bien longtemps, Teardown est enfin disponible en early acess sur Steam (et autre part peut-être j’en sais rien). Enfin une arrivée qui ne finit pas en déception.

Tuxdolabs (Dennis Gustafsson) devrait donner quelques unes de ses idées et de son génie à une belle ribambelle de développeurs. Vous le savez si vous lisez mes lignes depuis 2005, je suis plutôt du genre à voir le détail (trop strict), ce qui me pose pas mal de problèmes d’ailleurs. Ici, après une toute petite partie de 40 minutes le jour de sa sortie : le 29 octobre 2020, je n’ai pas remarqué d’incompréhensions dommageables envers le moteur physique (l’une de mes nombreuses passions). Vous le savez aussi, malgré l’excellence de Snowrunner (Xbox One), les moteurs physiques, même ceux qui se veulent poussés (Wreckfest) ne le sont pas vraiment lorsqu’on y regarde de plus près. Ici, notre bon Teardown est plutôt dans le domaine du sans faute… Le comportement du personnage et son interaction avec le décor est peut-être critiquable mais le destruction d’éléments en voxels (pixels 3D) est excellente et justement…. réaliste. Peut-être manque t-il de poids aux grands ensembles.

UN MOT SUR MA CONFIG PC

Une note tout de même pour la configuration de mon PC.

La capacité de mémoire vive peut paraître étrange et les raisons le sont tout autant. Avec cela, le jeu tourne correctement (sans plus), je suis en 2K et en niveau élevé selon les paramètrages automatiques du jeu, je n’ai rien changé, ma carte graphique est une Asus ROG 2070S 8 Go. Notons que le jeu est beau (très beau même) mais que les fameux FPS ne sont pas stables. Faudrait que je lance un test.

CAPTURES D’ÉCRAN STEAM

Place aux captures, vous avez l’habitude.

Comme indiqué plus haut, le jeu est très beau. Les captures ne reflètent aucunement ce genre de détail mais les effets de lumière et l’architecture globale du jeu sont excellents. Tout un univers en voxels, ça a quand même de la gueule !

Tout commence par une simple première mission. Vous devez détruire une maison qui ennuie un constructeur. Celle-ci est bêtement placée sur un terrain à côté de son centre commercial. Dommage pour elle.

Tout commence par un jet de bombonne de gaz histoire de voir son effet. On peut apprécier plus facilement l’intérieur de la maison.

Après quelques essais avec mes bombonnes (situées dans le terrain à côté de la maison et sur le chantier attenant), la maison tire la tronche mais ne s’effondre pas. Je me suis approché avec ma masse histoire de la finir mais en vain. J’en ai parlé plus haut, même avec les poutres cassées et une maison qui commençait à tomber, le poids n’était pas réaliste, juste correct. Les coins les plus fragiles de la maison détruits, celle-ci aurait dû s’effondrer sur elle-même. Enfin je ne sais mais je suppose.

J’ai donc ramené les engins qui étaient à ma portée non loin du terrain. Là encore ce n’était pas gagné malgré le réalisme général. Cette maison tenait bon…

Après des assauts répétés, la maison s’est couchée au sol, enfin ! On peut toujours recommencer la mission pour essayer d’autres techniques. Ce que je ferai d’ailleurs. Je placerai mieux mes bombonnes de gaz et d’autres idées viendront.

Après cette mission plutôt facile qui apprend à réfléchir à la physique des éléments, vous rencontrez un problème… Une caméra de surveillance du trafic vous remarque alors que vous vous barrez de ce chantier (oui vous n’aviez pas forcément le droit de détruire cette baraque). Un peu plus tard, la police vous contacte en sollicitant votre aide afin d’oublier que vous avez été photographié après l’incident destructeur.

C’est ainsi que vous vous retrouvez avec une autre mission où il faut prendre des preuves d’une fraude fiscale. Sur la carte plutôt bien foutue, vous voyez vos objectifs (ici 3 ordinateurs) et des instructions particulières. Je n’ai pas réussi, il me semble, les objectifs bonus (dans la première mission notamment). Je ne sais plus si la deuxième en proposait.

J’ai détruit pas mal de panneau de commande imaginant que c’était des alarmes ou des trucs électriques. La porte ci-dessus était quand même fermée alors j’ai jeté une bombonne de gaz dessus (dispo dans un garage).

Ici, erreur de bouton. Au lieu de gentiment ouvrir cette porte (qui n’était pas scellée), j’ai appuyé sur la touche action. Ma masse a fait le reste.

Ici, un petit coup de camion est l’ouverture s’est faite… Le camion a souffert mais c’était surtout un essai de moteur physique, convaincant.

À la fin de la mission, une courte séquence vous montre en train de partir.

Troisième mission, même lieu, les propriétaires sont renforcés la sécurité en mettant des caméras et des alarmes. Je me suis arrêté là.

Pour le moment, j’aime beaucoup ! Je suis curieux de continuer Teardown et même si la traduction française est aux abonnés absents, le jeu est compréhensible en anglais. Je vais essayer cette fameuse 3e mission ce soir. Deux prochains articles mercredi 4 novembre, dont un qui sera spécial…

One thought on “Teardown (PC), le grand bonheur d’octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.