Dying Light 2, article léger avant la superstar Aloy

Même si Dying Light continuera de tourner dans ma Series X, l’amie Aloy aura l’exclusivité des articles prochains sur Critikale (ainsi que d’autres petites choses bien moins jeuvidéoièsque). Je vais forcément craquer malgré le prix en démat’ qui me coûtera ma nouvelle perruque de mars…

Commençons très rapidement par Infernax. Petit jeu de plateformes punitifs mais grisant, téléchargeable grâce au Game Pass.

Sans trop y croire, j’ai téléchargé Infernax car le style était intéressant et il s’avère plutôt bien foutu. Chose rare, le jeu n’a pas été supprimé en deux secondes de mon disque dur, bien vide le bougre d’âne, alors il sera de retour sur Critikale un jour ou l’autre. Le titre est très old-school mais particulièrement sympa. Pixel art vieilli mais attentionné (!), jouabilité très Nintendo Nes ou tout ancien jeu de plateformes d’ailleurs, humour et intérêt particulièrement décalés. Quoi demander de plus dans ce monde impitoyable et obscur ?

DYING LIGHT 2 CONTINUE

L’arrivée dans le centre-ville et ses hauts buildings fut agréable et le jeu continue à me plaire. Même si une (grosse) redondance s’installe, le nouveau jeu de Techland est addictif.

Vision bien connue des amateurs de la série et même de Dead Island, les valises et bagages… À fouiller pour la plupart et comprenant le plus souvent des consommables pour fabriquer des trucs, et des machins.

Toujours cet excellent moteur physique qui comprend quelques rares tares. La jambe de ce monsieur zombi commençait à glisser sur ce magnifique et ô combien propre matelas, mais fut interrompue par notre ami sac. Sac dupliqué 324.394 fois dans le jeu. Comme un peu tout d’ailleurs, hélas. De très (trop) nombreuses salles visitées sont identiques, ou il n’y a juste qu’un stylo ou un sac à main déposés à une autre place. Tout naze mais c’est ainsi que les jeux à mondes ouverts sont créés. Quel infamie les enfants.

Cette tronche qui transpire d’intelligence a une voix totalement à l’opposé de sa gueule. Ultra aigue et ultra chiante (du coup…). Cependant, la mission associée à ce PNJ (Personnage Non-Joueur) est plutôt bien amené et même lumineux, pour le coup. Un peu triste quand même hein mais agréable dans ce sombre monde dépeuplé de cerveaux en état de marche.

Quelques bugs encore dans le jeu dont l’éternel bug des textures enchevêtrées. Les buissons traversent les bus, les corps traversent les cloisons, les canapés traversent les moutons, les poubelles traversent les prairies. Va falloir que je me repose cette année.

J’étais content. Mon contentement dure très peu de temps généralement. La PLUIE est enfin arrivée sur Dying Light 2 ! Chose tout à fait surprenante car aucune pluie depuis le début. C’est lorsque j’ai atteint le centre ville que celle-ci a commencé à tomber. Superbe. Mais non. Car sur la seconde capture vous voyez un personnage mouillé, à l’intérieur. En fait les développeurs ont pensé (…) a mouillé les visages des protagonistes mais de tous les protagonistes… La pluie est plutôt bien foutue (chiant à capturer ça par contre d’où l’absence pour le moment de photos) mais comme quasi 100 % des jeux, elle est mal gérée. En gros, il pleut aussi (un peu) dans certains bâtiments et les gouttes d’eau créées par la pluie sur les objets dehors ne sont que du placage de textures en mouvement. Logique mais j’attends plus que ça en 2022. Le jeu a été réalisé il y a fort longtemps alors je ne vais pas jouer au con, juste l’être pour le moment…

C’est tout pour ce soir. En toute logique, et selon les activités ténébreuses qui me séparent de l’arrivée d’Aloy, je devrai balancer un article sur Horizon Forbidden West ce dimanche 20 février, en fin d’après-midi. Ou mercredi prochain. De très nombreux tests sont accessibles déjà et vous n’attendez pas Critikale pour vous faire une opinion. Si ? Mais non. Les tests brefs en vidéo arriveront cet été. C’est loin, c’est chiant, et encore c’est un but.

Merci d’avoir lu cet article. D’autres moins drôles arrivent entre temps.

chevron_left
chevron_right

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Commentaire
Nom
E-mail
Site