Petit tour dans la Dark Zone

 

Le mois d'avril approche et avec lui DIRT Rally et quelques changements sur Critikale. Hier, je terminais The Division à 100 % (l'intégralité des "secrets" (téléphones, échos, guide de survie, agents disparus...). Hier, c'était aussi une visite dans la Dark Zone.

 

Niveau 20 dorénavant dans la zone la plus contaminée de New York sur The Division. Encore 10 niveaux pour accéder aux marchands de la Dark Zone et à celui de notre base, accessible après déblocage.

 

 

Après toutes les missions principales achevées, une nouvelle zone apparait en bas qui sera accessible lors de la première extension.

 

 

Ma nouvelle doudoune rouge en action.

 

 

J'ai eu ce bug deux fois pour le moment. Au sortir d'une planque ou d'un batiment, le jeu n'a pas le temps d'afficher les textures...

 

 

J'ai pris cette photo pour connaître la police de caractère utilisée dans la jeu.

C'est Borda Regular, téléchargeable ici moyennement finance. Par rapport à certaines polices de caractères, le prix n'est pas élevé.

25 € pour une série, 139 € pour la complète pour une utilisation standard.
J'avais déjà acheté cette police sur le site MyFonts, c'était pour un championnat virtuel, le Steelball.

 

 

Lorsque le niveau des districts est plus élevé que le vôtre, il faut mieux ne pas s'y aventurer. Ou être minimum 3 bons joueurs.

Là, à 2, nous avons rebrousser chemin. Sachant que nos premiers essais furent un échec cuisant !

 

 

L'extraction fut franchement pénible. À cause d'américains agressifs qui poireautaient pour nous buter.

Ils ont réussi... mais nous sommes revenus peu de temps après reprendre notre dû et leur dire bonjour...

À seulement deux contre quatre renégats, la bataille fut rude.

 

 

Enfin l'hélicoptère arrive ! Mon paquet est accroché (visible sur le photo précédente).

 

 

Les salles sécurisées sont les planques de la Dark Zone. Idéal pour souffler un peu mais impossible d'y aller en plein combat.

 

Voilou... Critikale changera donc bientôt mais rien de terriblement différent. Juste des ajustements esthétiques. Le foofing m'attend ne travaillant exceptionnellement pas ce jour.

 

 

Un ascenseur comporte t-il trop de boutons ?

 

Normalement, je ne pose pas toutes les questions existentielles qui me viennent à l'esprit tous les jours. Bon là, étant en repos demain exceptionnellement (...) et donc de bonne humeur, je me lance.

 

C'est en attendant l'ascenseur jeudi matin que tout est arrivé... J'ai failli appuyer sur le bouton depuis mon éternel 3e étage. Mais juste avant --- suspense insoutenable --- une autre personne l'a appelé juste en dessous, au 2e étage vous l'avez compris. Alors que l'ascenseur redesendait avec cette personne et que j'attendais toujours comme un gland qu'il arrive tout en me disant que la journée commençait bien, je me suis posé une question incroyable. Une question qu'Albert Enstein lui-même ne s'était pas posé, encore fut-il vivant à l'époque des ascenseurs... du moins de ce type d'asenseurs car ils sont bien plus vieux que lui. Bref je m'égare.


Regardez ce magnifique schéma.

 

 

Tout d'abord, analysons ce magnifique dessin. À gauche, moi en train d'attendre péniblement l'ascenseur. Juste en dessous, au 2e étage le ch'tit pépère qui a appuyé juste avant moi. La flèche rouge représente le trajet de l'ascenseur pour prend le ch'tit pépère, l'amener au RDC (ou au sous-sol), puis remonter pour me prendre et m'amener à mon tour au RDC (ou au sous-sol, on s'en fout). La flèche verte représente ce con d'ascenseur qui, avec un minimum de jougeotte, serait venu au 3e étage puis serait descendu avec le pénible du 2e avec moi à son bord...

 

Tout ce paragraphe débile pour me poser deux questions.


1. L'ascenseur, si ses créateurs étaient intelligents, pourrait opter pour le plus court chemin et économiser l'énergie de notre planète ?
2. Ce même ascenseur a t-il besoin du chiffre 0 (ou RDC) ?

 

Et mes réponses...

 

1. Sur son parcours vert, il est évident que l'ascenseur est plus rapide. Juste à monter au 3e étage puis à descendre ses deux occupants au RDC (ou au sous-sol donc). Mais cela pose bien sûr deux problèmes, le calcul du chemin le plus court par un micro-processeur dédiée, une espèce d'intelligence artificielle basique mais bien présente. L'autre problème, plus chiant, est l'intelligence de l'humain. En effet, qu'aurait penser la personne venant du 2e étage si elle ressentait l'ascenseur monté pour prendre un autre occupant. Peut-être cette personne serait-elle pressée ? Peut-être serait-elle égoïste, peut-être serait-elle stupide. À votre avis ? Qu'en pensez-vous hein ?


2. Une personne prenant l'ascenseur dans les étages supérieurs au zéro doit forcément descendre à celui-ci ou au sous-sol, non ? Ainsi, en supprimant le bouton zéro, les ascenseurs seraient plus logique. Il suffirait d'appuyer sur le bouton des sous-sols pour descendre à ceux-ci. Par contre, comment faire en sorte de descendre automatiquement au RDC si on ne fait rien à arrivant dans l'ascenseur ? Celui-ci dans l'attente d'un éventuel appui sur le bouton -1 ?

 

Oui, je sais, vous voyez parfaitement dans cet article ma folie... Sur ce, je vais rejoindre mon ami Favelfoor sur The Division et la Dark Zone. Ça va couper. Le prochain article sera aussi décalé. Ou en tout cas, non dédié à mes chers jeux vidéo, ou passion ludique pour être moins gamin diraient certains.

 

 

The Division terminé, ou presque

 

Le footing approche, mais avant cela, mise à jour de Critikale avec un nouvel article sur The Division. Comme annoncé il y a peu, les articles prochains sur Critikale seront moins axés jeu...

 

C'est parti pour de nouvelles captures Xbox One alors que mon personnage est au niveau 30 et que la dernière mission du jeu est derrière moi.

 

 

Niveau 30 (toujours 16 en Dark Zone). Mon arme principale (à droite) est toujours le AK-47M militaire, puis un joli sniper très efficace en arme secondaire (le M1A première vague, ce qui signifie qu'il est issu de la première vague des agents de la Division).

Mon arme de poing est récente et en haute qualité (le Damascus, un pistolet plutôt efficace là aussi). Exit mon pistolet à double canon.

J'ai joué 2 jours et 15 h 46 soit 63 h et 46 minutes... Ce qui fait de The Division mon jeu le plus joué depuis une sortie nationale.

 

 

L'inventaire devient bien sympathique avec du matériel violet (supérieur) et le fameux pistolet Damascus.

 

 

La vidéo de "fin de jeu" est très belle.

 

 

Dernière mission avant l'écho vous expliquant ce qui se passe exactement... La mission de l'Assemblée générale est rigolote...

Heureusement que nous étions tous les deux au niveau 30.

 

 

J'ai cherché quelques heures en tout (!) une saloperie d'écho... mais je ne pouvais pas le trouver de toute façon car c'était

celui qui se débloquait après la mission finale ! Il apparaissait sur la carte depuis longtemps... La porte était enfin dévérouillée.

 

 

Les districts sont séparés avec des informations importantes. Ici, le district de Turtel Bay (ou siège les locaux d'Ubisoft représentés dans une planque) est recommandé pour les niveaux 27-28, est plutôt Difficile, et la planque n'a pas été découverte. J'étais au niveau 24 à l'époque.

 

 

Les cut-scene sont sympas mais je n'accroche aux personnages. Malgré leur doublage correct.

 

 

Une des planques où vous pouvez vous restaurer, et acheter quelques matériaux.

 

 

Les PNJ (Personnage Non Joueur) sont plutôt débiles mais n'enlèvent rien à l'excellence du jeu, heureusement.

 

 

Mon sniper est ultra efficace...

 

 

Les échos représentent le passé. Ils montrent où et comment se trouvaient les êtres vivants à un instant T.

Vous pouvez apercevoir que l'écho de la plante (un être vivant donc) est bien représenté (à droite).

 

 

Petite capture qui montre la fin des mises à jour régulières de The Division, sur Critikale bien sûr.

Je vais continuer de jouer évidemment car bien des missions sont encore en attente.

 

Critikale changera un peu de couleur dans les jours qui viennent (ou ce soir !). Non pas pour être glauque comme avant mais pour changer c'est tout. Sur ce, à bientôt...

 

 

The Division : poursuite d'une belle balade

 

Actuellement au niveau 22 (16 pour la Dark Zone), je continue mes balades à New York avec un plaisir qui ne faiblit pas. Explications.

 

Même si The Division comporte des défauts (nombreux au regard de ce que le jeu pourrait être), il est réellement plaisant d'y jouer et de parcourir les rues de New York seul ou à plusieurs (pour l'instant, max deux). Attention, nombreuses captures à suivre.

 

 

La circulation à New York n'est pas des plus simples.

 

 

Je n'y croyais pas mais on peut bien briser l'aquarium présent dans cette salle. Joli effet d'ailleurs. C'est toujours un détail sympa.

 

 

Time Square la nuit, à une autre époque...

 

 

Là où passe les Nettoyeurs, la ville trépasse. Et pas que.

 

 

Avouez que vous l'adorez !

 

 

Se taper des petites tempêtes de neige (aléatoires) en mission est ultra pénible mais lorsque c'est lors d'une balade, ça va...

 

 

Comme indiqué précédemment, il faut tirer sur les bouteilles de gaz des Nettoyeurs pour les faire exploser.

Les ennemis particuliers ont souvent des points faibles.

 

 

Là encore, déjà indiqué il y a peu, l'effet ragdoll est pénible et il sera très difficile pour Ubisoft de corriger le moteur physique.

Voire impossible bien sûr. Globalement, le jeu s'en tire bien mais ne profite pas des meilleurs moteurs physiques connus.

 

 

Quoi de plus beau que de se balader à côté de l'océan Atlantique entre deux missions ?

 

 

J'en connais un très content de s'arrêter dans cette demeure champêtre. Jolies pousses.

 

 

Il faut bien prêter attention à toutes les boutiques de la ville de New York reconstitué par Ubisoft.

 

 

D'autres détails sont moins glorieux. Globalement, le jeu est plutôt noir, et ce n'est pas les vidéos qui vont me contredire.

 

 

La coopération est excellente dans le jeu.

 

 

Sauver de très nombreuses fois par l'ami Favelfoor (gamertag Xbox One), cette unité de soin est particulièrement importante.

 

 

Éternelle préparation avant l'attaque. Aucune lassitude pour l'instant même si, forcément, tout se répète.

 

 

En position défensive ici. Une fois l'hélicoptère de la Dark Zone appelé, il faut se méfier, beaucoup...

 

 

Chez un marchand

 

Le marchand d'armement avancé se dévérouille assez rapidement dans le jeu. Il propose peu d'arme mais souvent de bonne qualité.

Un peu chères par contre, comme tout ce qui est de qualité non ? Non.

 

 

Menu récapitulatif des Intels

 

Les Intels sont les secrets du jeu. Vous devez trouver 24 guides de survie, 130 enregistrements téléphoniques, 40 rapports d'incident,

16 drônes écrasés, 20 agents disparus (leur carte d'identité) et 63 échos (expliqués plus bas ce mois-ci).

Le jeu vous indique les lieux où ils se trouvent et vous pouvez acquérir une capacité pour les localiser.

 

 

Détail des Intels

 

Le détail des Intels est bien fichu et vous pouvez tout lire, écouter, ou regarder.

Les vidéos sont particulièrement violentes, psychologiquement, je trouve.

 

 

Inventaire du joueur

 

Mon inventaire actuel. Inutile de dire que les sites Internet qui clame des menus bordeliques devraient s'acheter un cerveau.

Les gens dedans aussi.

 

 

Écran du personnage

 

Ici, vous apercevez la fiche de votre personnage (sans statistiques, ce que je déplore...).

Niveau 22, 16 dans la Dark Zone, attributs plutôt Santé suivi par le DPS secondaire (à voir sur la route en bas à gauche).

 

 

Dans la sacoche

 

Je n'ai pas encore saisi les subtilités de la sacoche, surtout pour les matériaux de fabrication.

Je dois certainement débloquer des trucs.

Ici vous voyez votre stock de grenades (différents modèles), de consommables (barres, sodas...), de munitions,

de clés d'accès (coffres Dark Zone et crochets pour les portes) et de kits de soin.


Dans la zone des matériaux de fabrication, j'ai par exemple 135 tissus et 95 composants électroniques.

Pour les tissus, j'ai 5 tissus de haute qualité.

 

 

Personnalisation de votre personnage

 

Sur cet écran, vous pouvez personnaliser votre personnage.

Vous pouvez enlever la veste pour un style différent (ou le chapeau, mais pas les pompes ou autre chose...).

Je viens de remarquer le bouton Y pour Inspecter, j'ignore à quoi y sert ! Je regarderai ça demain...

Idem, je n'ai pas remarqué que le menu Outfit Sets comportait des carrés de couleur, bizarre, je vais regarder ça aussi !

Vous pouvez débloquer un magasin de fringues avec suffisament de point de ravitaillement dans l'Aile Sécurité.

 

 

Écran des capacités

 

Sur cet écran, je peux activer trois capacités spéciales (pour le moment...).

J'ai la bombe collante sur le petit stick droit, et une unité de soin sur le stick gauche. En appuyant sur les deux, j'ai... une surprise.

 

 

Menu Capacités : onglet des talents

 

Peu de talents pour l'instant (ha ha !). J'y reviendrai plus tard.

 

 

Menu Capacités : onglet des bonus

 

Les bonus octroient des effets spéciaux sur différentes capacités...

 

 

Niveau 22 et que de chemin parcouru ! AK-47 classique est mon arme principale depuis peu. Je me sers régulièrement du M44.

Vous pouvez apercevoir un skin personnalisé pour le AK-47.

 

Avec plus de 80 captures, The Division doit être le jeu le plus photographié par ma Xbox One. Mais sur ce, salut...

 

 

Toujours dans les rues de New York

 

Je délaisse un peu l'extension The Following de Dying Light pour me concentrer sur la progression de mon personnage féminin dans The Division. En tout cas je suis fan ! Des tares bien sûr mais un excellent jeu.

 

On commence direct pour les éternelles captures avec en tapotant deux fois sur le Xbox Guide de la manette Xbox One puis en appuyant sur la touche Y.

 

 

Toujours aussi beau évidemment. C'est, comme pour GTA IV ou V, l'aspect réaliste et dense qui fait la force de The Division.

L'ambiance est bien sûr parfaitement retranscrite.

 

 

Lorsqu'elle vous parlera, vous vous demanderez pourquoi vous avez sauvé sa peau.

Le médecin en chef est avare en remerciement. Une balle dans la tête, c'est ce qu'elle mérite.

 

 

Les opérateurs qui s'occupe de chaque district de New York sont assez décalés, voire complètement cintrés !

Cela ajoute une peu d'humour (généralement présent dans les dialogues), en décalage total avec les Échos (voire plus loin).

 

 

C'est ce qu'on appelle avoir la musique dans la peau.

Mal de crâne assuré.

 

 

L'aide Xbox One étant assez lamentable je trouve, il est toujours sympa de trouver les fameuses notices "papier" dans le jeu.

Les "guides de survie" des différents sites Internet comme Gamekult ou Gameblog sont aussi pas mal pour débuter correctement.

 

 

Linterface générale du jeu est excellente. Ne vous fiez pas ou peu aux avis de testeurs qui annoncent des menus lourds.

Vous pouvez tout enlever à l'écran si vous le souhaitez (options graphiques dans le menu Paramètres).

Pour ma part, j'ai désactivé un visuel un peu pénible qui montrait sur quoi on pouvait sauter ou se planquer,

et mis le HUD (Head-Up Display, affichage tête-haute) en masquage automatique. Me reste uniquement la carte et mon niveau.

 

 

En dévérouillant tout ça on gagne une veste rose (en bas à gauche). Un long boulot pour pas grand chose quand même.

Mais cette veste ira bien à mon personnage que j'adore !

 

 

Les Échos sont les souvenirs de New York. Un événement passé. Vous pouvez passer à côté d'un hologramme pour afficher son identité.

Magnifique idée.

 

 

Niveau 9 actuellement (6 dans la Dark Zone). Je m'équipe quelque fois du sniper (dépend des missions) mais j'ai souvent une petite mitraillette relativement basique et un fusil de chasse au cas où un gars avec une batte de baseball viendrait me voir.

J'ai joué 11 heures, 11 heures excellentes malgré...

 

Malgré des défauts bien sûr ! Les gunfights sont excellents mais le côté ragdoll signalé par Jeuxvideo.com (je crois) et pénible. En fait, quelques fois, les ennemis sont projetés à la manière d'un crash dummie. Bizarre... Et quelques petits bugs d'affichage ici et là je trouve.

 

Je me disais un truc un peu bête certainement. Pourquoi ne pas sortir un disque dur externe (type SSD) peut onéreux (en partenariat avec une grande marque) de 256 Go par exemple pour mettre tout le contenu des immeubles de New York pour que tout soit visitable et rendre le crafting ou la recherche d'équipement passionante, et les affrontements à l'intérieur aussi du coup. Les ports USB 3.0 des consoles new-gen seront ravis non ? Bref, je reviendrai bien sûr sur The Division peu avant la fin de mes vacances molles et sur d'autres points pour Critikale.

 

 

The Division : un jeu peut-il devenir éternel ?

 

Énorme partie de The Division hier, comme prévu, en réseau presque local. Presque car il faut de toute façon une connexion Internet obligatoire (et c'est très pénible mais logique). Sinon, deux captures oubliées de Dying Light The Following.

 

Je devais les mettre en ligne à la fin du précédent article mais les nouvelles photos de Dying Light The Following seront donc insérées ci-dessous. Mémoire de poulpe quand tu nous tiens.

 

 

Je pensais acheter une arme terrible (1716 de dégats (DGT) tout de même !) mais peu de temps après,

me voilà avec des armes de 2200 DGT en moyenne ! (capture plus tard)

 

 

Je suis amoureux, elle est juste magnifique ! La plus belle réalisation virtuelle depuis des lustres ! Je suis in love !!

Je suis, je suis complètement con. Une blonde aux yeux noirs/noisette, la perfection.

 

Après 8 heures non-stop (22 h - 6 h) passées sur The Division en réseau chez un ami (deux consoles Xbox One connectées à une faible mais pour le coup performante Livebox !), je suis certes épuisé mais content.

 

 

Connexion ultra stable (j'y reviendrai plus bas quand même...) malgré la lenteur du réseau chez l'ami.

Un jeu en coop (seulement à 2 pour le moment) excellent !

 

 

Les changements climatiques sont étonnants (même capture ici).

 

 

Première fois que je prends un personnage féminin. Vous comprendrez pourquoi plus bas.

Elle envoie du lourd comme disent les jeunes non ? Enfin je ne sais pas ce qu'ils disent, je n'arrive plus à les comprendre.

 

Connexion ultra stable... moui. Alors que vous voyez un personnage masculin dans les premières photos de The Division dans cet article, me voilà avec une jeune femme qui ne me quittera pas (paradoxe humain... voire antithèse). Alors que j'étais arrivé au niveau 8 et au grade 3 pour la Dark Zone, j'ai quitté la partie à 6 h pour avoir un message d'erreur comme quoi mon personnage ne pouvait pas être sauvegardé. Il est vrai sans réellement pousser le problème, j'ai donc déconnecté celui-ci et en effet, je suis revenu au niveau 5, grade 0 de la Dark Zone. Impensable après 8 heures de jeu non-stop !

 

Ainsi, j'ai créé un personnage féminin car après tout, elle est jolie et ça change ! Surtout qu'il n'y a pas de chauve possible dans The Division et ça me gonfle. Moi qui ait (stupidement) l'habitude de me faire un héro à mon image. Histoire de réussir quelque chose dans la vie. Bref, actuellement au niveau 5, j'en chie pas mal ! Dark Zone non visitée pour le moment car seul c'est la cata. Même le jeu est plutôt subtil lorsqu'on joue seul, il faut quand même être en équipe (un peu comme Destiny hélas).

 

Pour le moment donc, je suis quand même ultra satisfait du jeu. Ça promet de belles choses même si aucun jeu n'est éternel. Du moins je ne vois pas comment il pourrait l'être. Un Minecraft pourquoi pas car c'est du créatif mais The Division, j'en doute. Attendons de voir ce que Ubisoft nous prépare. Des mauvaises choses ? Je ne l'espère pas.

 

Surtout vu le carton atomique des premières 24 h. Mais une vidéo des persos au niveau 30 m'inquiète, un peu bourrine je trouve et sans passion.

 

 

Premières boules de neige sur The Division (Xbox One)

 

Avouons que vous aurez quand même des captures de Dying Light The Following à la toute fin de cet article... Premières boules de neige sur The Division, un peu liquides.

 

Place aux premiers pas sur The Division, et mon avis qui suit.

 

 

La création du personnage est très sommaire. Pas de chauve disponible (c'est intolérable !).

Juste cette gueule de cons, et d'autres gueules de cons après aussi.

Impossible de faire trop de têtes différentes dans un jeu aussi multijoueurs que The Division,

nous n'avons pas assez de puissance réseau ni assez de puissantes config'.

(100 % n'ont pas de PC de tueurs et les consoles actuelles sont quelques part, ridicules).

 

 

On peut régler différentes choses dans les options (comme sur la bêta). Une nouvelle fois, j'ai mis l'option "image plus nette" à 50 %.

La luminosité à 55 % (j'ai un TV assez ancien) et j'ai boosté la rapidité des contrôles à 50 %, le curseur de visée est ainsi un peu plus vif.

 

 

J'ai été déconnecté et de retour ici après 47 mini minutes de jeu. Ça va me tendre ça. J'ai découvert le M4 de la police dans une caisse derrière un bâtiment (super précis hein ?). Peu de choses à fouiller, j'espère ne pas être déçu.

 

 

Le jeu est très propre graphiquement. Du bon taf donc. Très fluide, réaliste et agréable. Les gunfights sont toujours aussi bons.

Les intérieurs sont sympas mais manquent là encore de chose à looter.

 

 

Une des premières vraies missions dans le métro. J'ai commis l'erreur de me balader légèrement plus loin que la mission...

Résultat : j'ai dû tout recommencer.

Ça m'apprendra à vouloir fouiller partout. Notons que sur l'avant dernière image (ci-ci-dessus !), un ennemi est mort sans toucher le sol. En espérant que ces petits problèmes de moteur physique soient corrigés petit à petit. J'en doute.

 

Vu les commentaires de ces images, vous pouvez imaginer mon ressenti sur The Division. Je suis globalement content quand même, malgré des points de détails pénibles. Déjà cette déconnection m'a bien gonflé, j'étais aussi bloqué par des débiles se mettant devant le marchand d'armes. Impossible de traverser les corps (normal, quoi que...) et donc, impossible de bouger. Heureusement si on peut dire, la déconnection est survenue juste après. Pour le moment je suis sceptique mais pas déçu. L'ambiance est là, le jeu est beau, jouable, et intéressant.

 

Première grosse partie demain chez un ami pour tester la coopération et atteindre la Dark Zone... Je vous redonne un avis jeudi.

 

 

Quelques zombis avant New York

 

Non je ne pars pas à New York malgré que je sois enfin en mini vacances, juste sur The Divison dès demain (avec un premier avis sur Critikale dans la foulée). Voici d'autres captures récentes de Dying Light The Following.

 

Allez, commençons rapide par les "ultimes" captures de Dying Light The Following. Je suis à 90 % de l'histoire principale et je vais de moins en moins poster des captures de l'extension de Techland. Quelques derniers clichés vers la toute fin du jeu et ce sera terminé.

 

 

Paysage toujours aussi jolis. Un plaisir de se balader en rase campagne.

 

 

Il pleut rarement dans Dying Light (et dans Dead Island) mais c'est toujours agréable lors la pluie tombe.

Ça détend presque...

 

 

Content d'avoir trouvé un nouveau coin à explorer (ici un camping), je n'ai pas vu cette saloperie arrivée sur ma tronche.

Un camping-car plus loin et me voilà comme un débile planqué à attendre le bon moment pour fuir dans un endroit plus sécurisé.

 

 

Rien de tel de m'énerver lorsqu'un zombi vous tape dans le dos alors que vous êtes en train de dévérouiller un coffre.

Forcément ses copains sont venus juste après...

 

 

L'heure de la mort de ce zombi arrivant à grand pas sera donc de 15 h 57.

 

 

Sous l'eau c'est tout de suite plus apaisant, mais pour peu de temps.

 

 

Cette horreur est un des boss du jeu (voir plus bas). Un super coktail molotov (sic) sera nécessaire, et rapide.

 

 

Cet autre boss, une jolie monstruosité, m'a donné du fil à retordre.

Un conseil, viser juste la tête, uniquement celle-ci. Dès que son casque est enlevé, il ne fera pas long feu.

 

Demain matin, achat de The Division et préparation de tout un tas de trucs...

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01