Heal the world est de retour

 

Bienvenue sur Heal the World. Mon autre site, mort-né, fait ici un retour étonnant suite à diverses mises à jour de Critikale. Critikale qui, quant à lui, sera modifié très bientôt. Pour le moment, Heal the World (qui devait servir à un site sur la géographie et l'histoire), sera bel et bien mon blog. De nombreuses modifications sont à venir dont, bien logiquement, la remise ne ligne de mes archives et des pages annexes.

 

À très bientôt.

 

 

Suis-je utile ?

 

Il n'est point question ici de Critikale. Pour une fois, ce n'est pas mon site qui réfléchit à la vie et se pose des questions sur le besoin d'exister. La question ici posée vient de moi. Dans la vie, j'ai 4 buts, quatre événements de ma vie qui doivent se produirent. Le premier, le plus simple, est d'avoir un travail qui me plait et avec lequel je me sente bien. Pour le moment, c'est raté. Même si celui-ci me plait, il y a bien trop de points d'ombre pour que mon premier sourire soit validé. Le deuxième, encore plus logique, est que mes proches soient en bonne santé et les protéger à chaque instant. Pour le moment, j'ai fait de mon mieux mais tout n'est pas parfait. Le troisième est un peu plus sombre, me venger de toutes les personnes qui m'ont fait souffir depuis que je suis né... Ce dernier point, un peu space lit comme ça sans réfléchir est pourtant bien logique. Autrefois, votre serviteur était plutôt faible moralement et un rien ne le blessait. Même si l'amélioration n'est pas débordante, je suis plutôt satisfait de moi. Hélas, encore quelques personnes sur ce que j'appelle mais Liste Noire n'ont pas payé pour le mal qu'elles m'ont fait il y a longtemps et moins longtemps... Rien que cette année, et si ma technique sadique est bonne, je devrai rayer de très nombreuses personnes e cette fameuse Liste que moi seul apprécie (et peut-être comprends).

 

Le quatrième est, hélas, un peu plus complexe. C'est de fonder une famille. Et là, c'est le drame. Pour des raisons qui me sont personnelles, j'ai depuis très longtemps la crainte de ne pas avoir d'enfant. Selon mon planning d'antan, je souhaitais avoir une progéniture avant 25 ans, c'est plus que raté. Après, je me suis dit que 30 ans était un bel âge. C'est raté... Maintenant, je me dis quelque chose de simple. Si je n'arrive pas à avoir d'enfant ou si mon futur test est négatif, je m'élimine. Car votre bloggeur favori fonctionne d'une manière fort simple. Tout ce qui est inutile, je l'élimine. Pas de superflu mais si en de rare cas, c'est obligatoire (faut bien vivre). L'idée de ne pas avoir d'enfant m'achèverait, totalement. Il m'est impossible de concevoir une telle tuile. Non seulement je serais vidé de mon but principal dans la vie mais en plus, rien ne pourra me consoler, même pas Mass Effect 2, histoire de faire de l'humour dans ce bien lugubre paragraphe.


Mais ne dramatisons pas, car comme je l'ai dit à plusieurs reprises (dans ma tête), mourir n'est pas une fin en soi, c'est juste la touche finale dans mon incroyable existence, remplie de couille et de déception. Car après tout, ce qui me tient à l'heure actuelle est soit du manque de courage, soit l'éventualité de me dire que je ne vais manquer à personne.

 

Petite précision, Critikale va bien sûr continuer ses publications et elles seront en toute logique, un peu plus régulière (quand même !). Même si ce billet est négatif, je reste optimiste et même si ma vie n'est pas rose comme je le voudrais, elle est quand même bien fun...

 

 

Plantes contre Zombies devient plus cher

 

Presque stupidement, j'ai acheté le jeu Plantes contre Zombies (Plants vs Zombies pour les mous du crâne). J'avais déjà le jeu anglais mais j'ai été très intelligent de ne pas sauvegarder ma bibliothèque téléchargée lors de mon passage l'an dernier sous Windows 7. Stupidement (car après tout le presque n'a rien à faire là) car j'aurai mieux fait de le demander à quelques connaissances qui me l'auraient pirater en deux minutes...

 

 

Autant je n'apprécie pas le piratage car je trouve que cet acte est d'une hypocrisie sans nom mais là, je dois bien avouer qu'il est excellent de télécharger ce jeu par des voies certes moins poétique que la carte bleue... Vous le voyez sur l'encart rouge ci-dessus, le site de PopCap Games a aimablement mis la monnaie à jour passant de $19.95 à 19.95 €. Comme ils le disent, en function (!) de l'adresse que vous avez fournie... La bonne blague. À la conversion actuelle, c'est plutôt de 14 euros que mon compte devrait se faire enfler. C'est vrai que la traduction française devait être pénible...

 

À part cette drôle de conversion, je continue mes parties de Bioshock 2 (avant de me remettre pour la fin de semaine sur Mass Effect 2 car j'apprécie beaucoup plus, mais bon, ce n'est pas le même style).

 

 

 

 

Le jeu est toujours aussi beau (malgré l'âge du moteur graphique). L'aventure est toujours aussi prenante et un peu plus flippante je trouve. La jouabilité est toujours au top malgré que je vise moins bien avec les plasmides (main gauche). Bizarre, je pensais être plus précis sur le 1. Ce n'est pas tout ça mais après 11 heures de boulot et alors qu'il est 1 heure du matin passée en ce vendredi encore jeune, je vais me pieuter, pour rester poli.

 

 

D'autres figurines des conventions

 

Encore des figurines de la convention 2004 reçues aujourd'hui. Pour rappel, chaque année, une convention se déroule dans une grande ville américaine pour présenter des Gi Joes introuvables ailleurs.

 

 

Trois personnages identiques, à part leur couleur. De gauche à droite : Roscoe (v1, 2004), Billy-Bob (v1, 2004) et Otis (v1, 2004).

 

 

Des Petites Soeurs, des LEGO, et des zombis

 

Et bien non, je ne suis pas mort (même si ce n'est pas la forme, houla non !), simplement je n'avais rien à dire.

 

 

Belle réception ce matin (rare le lundi !) avec la version Rapture de Bioshock 2 commandée sur Zavvi. Un peu plus de temps d'attente cette fois-ci mais qu'importe, le prix est là. Le jeu a augmenté depuis car je l'ai commandé à 34.93 €. Cette version est integralement en français ( liste disponible ici). Mon bol habituel fait que le superbe livre d'environ 150 pages est abîmé sur le haut (visible sur la photo). La boite est, comme tous mes jeux commandés en Angleterre, complètement fêlée ! Après les Gi Joes que je collectionne, voici les LEGO... Pas de collection cette fois-ci, juste un coup de cœur pour le Crabe Croustillant.

 

J'ai commencé Bioshock 2 mais je ne suis pas très en forme aujourd'hui alors j'ai arrêté.

 

 

Le titre de 2K Marin s'annonce grandiose malgré mes petites 10 minutes de jeu ! Je prépare toujours mes tests (un site qui s'appelle Critikale sans test, c'est un peu con non ?) et ceux-ci seront certainement prêts à la fin du mois.

 

Dernière chose, peut-être même la meilleure de la journée avec l'annonce sur Jeuxvideo.com de la sortie de Plants vs Zombies sur iPhone (en anglais contrairement à la version PC). Directement téléchargée (2.39 €), cette version est un bon tronquée par rapport au PC mais reste très agréable. Espérons quelques mises à jour.

 

Autre annonce sur iPhone par Capcom...

 

 

Une autre

 

Cette fois-ci, cette photo n'est pas de moi mais de ma moitié. J'aime bien cette photo de mon monstre poilu.

 

 

 

Deux figurines rares

 

Malgré le froid assez hallucinant sur notre vieille France, quelques commandes arrivent quand même jusqu'à moi et voici la réception du jour, deux personnages plutôt rares.

 

 

À gauche et à droite : Spearhead (v2, Night Force, 1989) et Muskrat (v2, Night Force, 1989). Les Gi Joes de l'équipe Night Force ne sont pas spécialement faciles à dénicher. Ainsi, je suis content d'avoir mis la main sur ces deux figurines assez rares. Dommage pour leur état qui n'est pas franchement bon.

 

 

Un Bouillou

 

Pour ne pas laisser mon photoblog à l'abandon, voici deux photos de ma première chatte "Bouillou". C'est une chatte oui.

 

 

 

 

Test de Bayonetta

 

Il n'est pas du genre de Critikale d'accepter un partenariat qui met en scène un commerce en ligne français. Surtout français. L'idée de mettre en avant un jeu récent qui n'est pas dans mes habitudes et coucher un test sur mon site était quand même intéressante. Les échanges de mail avec TopAchat furent agréables et j'ai donc fini par accepter.

 

 

Titre du jeu : BAYONETTA

Platesforme(s) : Xbox 360 et PS3

Développeur : PlatinumGames

Date de sortie française : 8 janvier 2010

Genre : Action/aventure

Site officiel : Bayonetta.com

 

Bayonetta, c'est un peu l'antijeu pour moi. Vous dirigez une sorcière et tapez sur les boutons régulièrement pour dégommer des ennemis plus moches les uns que les autres. Un scénario totalement incompréhensible et une héroïne qui suce des bonbons comme des godmichés parfumés... Autant le dire tout de suite, c'était très mal parti. J'ai quand même choisi de tester Bayonetta pour ma culture ludique personnelle. Les Devil May Cry et autres Ninja Gaiden/Ninja Blade font parti des jeux que je déteste le plus alors il était évident que le jeu de PlatinumGames partait très mal.

 

 

Le jeu est superbe, mariant à la perfection des couleurs vives aux détails sombres de l'univers particulier des sorcières. Le déroulement du jeu est très simple. Vous dirigez Bayonetta et pouvez éxécuter différents coups plus meurtriers les uns que les autres. Le bouton permet de tirer avec son pistolet. Les coups se décomposent avec pour le coup de poing faible et pour le coup de pied. Le bouton sert quant à lui à sauter. L'esquive  (excellente) permet de mettre le jeu en BulletTime (appelé Envoûtement dans le jeu). Le bouton BACK sert à ouvrir le menu de l'inventaire et de diverses options (alors que START lance un menu banal). Rien de très original mais des commandes très intuitives sur les consoles en général et sur la Xbox 360 en particulier.

 

 

La composition des sorts et des fioles est assez space et je n'ai pas saisi tout le potentiel de la création des sucettes... Mille excuses pour le cadrage des photos, je ne dois pas être droit lorsque j'active l'objectif ! Ce style de jeu sur Xbox 360 n'est pas mon truc mais il faut bien avouer qu'il possède des atouts plutôt attirants... En temps normal, je ne comprends strictement rien aux commandes et bien souvent, je tape dans le vent sans trop savoir ce que je fais. C'est pour cette raison que des jeux comme Devil May Cry ou même God of War ne font pas parti de ma ludothèque. Rien que des couloirs et c'est tout. Tu frappes et tu avances en suivant des séquences cinématiques de plus en plus chiantes.

 

Bayonetta excèlle là où tous les autres se sont vautrés et où je les ai abandonné. Déjà, la jouabilité est parfaite. On fait ce qu'on veut avec l'héroïne et c'est une réel plaisir de la manier... Les combos s'enchaînent rapidement avec un petit bémol car les mêmes reviennent souvent (on ne change pas une méthode qui gagne !). Le jeu continue de tourner dans ma console pour déjà le finir mais en plus, améliorer Bayonetta. Pourquoi balancer un test sans pour autant avoir fini le jeu ? C'est évident, normalement, aucun test n'est apparut sur Critikale depuis des lustres et la prochaine matrice de test devrait en étonner plus d'un. Or, le jeu de PlatinumGames n'est pas exempt de défauts et ne mérite pas, pour l'instant, d'avoir un test en bon et due forme. Par exemple, les séquences cinématiques sont très figées (les bouches ne bougent pas) et le rigolo de service qui nous accompagne (une espèce de journaliste) ainsi que le Noir qui crée les armes sont autant de clichés qui ne rendent pas honneur au jeu. Quelques chutes de frame rate viennent compléter ces quelques défauts mais rien de bien chiant à l'usage.

 

Pour finir, Bayonetta est une bon jeu qui mérite amplement de figurer dans votre ludothèque. Même si l'ambiance peut déplaire, c'est toujours plaisant de sortir des coups avec un timing parfait et surtout, avec une héroïne qui répond parfaitement aux moindres mouvements des boutons et des sticks.

 

 

Mass Effect terminé ! À moi les joies de sa suite

 

Ceux qui visitent la page Trials HD l'auront certainement remarqué, ma gamercard affiche les deux Mass Effect, enfin ! J'ai en effet terminé Mass Effect avant-hier après un peu plus de 35 heures de jeu, de joie, d'intense scénario... Dès que la galette du premier fut terminée, j'ai installé le 2 sur le disque dur de la Xbox 360 et hop, me voilà reparti pour cette aventure galactique hors du commun.

 

 

Mon personnage a été parfaitement importé. J'ai essayé de faire un peu près ma tronche mais ce n'est pas la joie. Grâce aux nouveaux graphismes, ma tronche est mieux faite, tout est plus lissé et fin. À ce niveau, Mass Effect 2 est une tuerie, graphiquement parlant, c'est le jour et la nuit. J'enlève toujours le grain photo. Le Normandy 2 (SR2) est magnifique. Le seul défaut pour l'instant est le bug visuel lors d'un dialogue. Il arrive fréquemment que l'interlocuteur soit téléporté à 50 cm pour reprendre la discussion. C'est franchement chiant, d'autant que la synchronisation labiale est un peu moins bonne que le premier Mass Effect (du fait des bugs).

 

Pour le moment, je n'ai pas fait grand-chose, je me balade dans la station et dans le Normandy.

 

 

Ci-dessus, les scans de planètes. J'adore ! Avec la gachette gauche, vous activez le scan pour voir si l'endroit scanné comporte de l'Élément Zéro, de l'Iridium, de la Platine ou du Palladium. Les jauges augmentent dès que la source est bonne et il suffit de lancer une sonde (qu'on peut acheter, comme pour l'essence du vaisseau) et le prélèvement se fait rapidement. Je n'ai pas encore compris le but de la manœuvre mais tout devrait s'éclaircir prochainement.

 

 

La mission sur le crash du Normandy nous pose sur une planète magnifique (comme toujours). Comme pour le scan des matériaux, on doit lancer une sonde pour trouver le Normandy (SR1). C'est ici que j'ai sauvegardé hier (la sauvegarde est plus rapide que dans le premier, plus... PC). Pour le moment, je suis ravi, les changements depuis 2007 ne sont pas des révolutions mais c'est tout de même bluffant.

 

 

Petit point sur février

 

J'ai plus en plus de mal à trouver des figurines que je ne possède pas mais c'est plutôt intéressant de fouiller un peu partout.

 

 

Un peu en vrac cette fois-ci. Pas de gauche à droite habituel mais simplement l'acquisition (en haut à droite du clavier) de Steam-Roller (v1, 1987), seule version de ce personnage que je trouve plutôt sympa. Derniers personnages importants de cette photo, les deux frères Tomax (v5, 2005) et Xamot (v5, 2005). Versions plutôt rares de ces personnages. Notons la belle qualité de Lifeliine (v1, 1986) (à droite du clavier), chose rare.

 

Je finis par une figurine reçue aujourd'hui par un ebayeur français plutôt rapide !

 

 

Je n'avais pas cette version de Sgt Slaughter (v3, 1988). Ce personnage est considéré comme Chuck Norris aux États-Unis. Je possède 4 versions de cette figurine, il me manque celle de 2006. Il ne me semble pas l'avoir déjà vu sur le Net.

 

 

Un peu de nouvelle pour la route

 

Une semaine sans poster le moindre billet, c'est plutôt rare. Le début de semaine ne fut pas particulièrement intéressant et je n'ai donc rien écrit. Le milieu de semaine me donnait rendez-vous à Paris pendant deux jours (mercredi et jeudi). Puis, étant crevé vendredi, je n'ai pas mis à jour Critikale. Samedi, aujourd'hui donc, je me lance dans quelques nouvelles histoire de revenir à des mises à jour régulières.

 

Je continue l'aventure Mass Effect afin de me lancer dans le deuxième opus en ayant bien fini le premier, logique. Je suis à 35 heures de jeu (environ) et c'est toujours le bonheur !

 

 

Il arrive que les dialogues soient assez crus. Ici, Wrex (de la race des Krogans) commence à être agacé par un membre de Prima Terra (ou l'inverse). Une association qui n'aime pas être envahi par les aliens... Il exprime toute son affection.

 

Autre chose rapide, l'ignoble essai de 3 démos. La première, le nouvel épisode de Dynasty Warriors est une pure daube.

 

 

Ça rame, c'est moche, ce n'est pas trop jouable et les PNJ sont aussi charismatiques qu'une huitre fermée. Deuxième démo essayée avec le nouveau Superstars V8 Next Challenge. Une merde tout simplement, bien moins bon que le 1er d'ailleurs ! Troisième et dernière démo, Aliens vs Predators. Là c'est encore plus simple, je n'ai pas pu me connecter. Mais tout va bien, un patch pour la démo va arriver... C'est nul non ?

 

J'attends toujours Bioshock 2 mais j'ai de plus en plus de doute quant à la présence ou non de la langue française. J'espère que Zavvi n'a pas envoyé toutes les commandes rapidement car ils ne veulent pas de retour si déception(s). Le test de Baytonetta arrive bientôt (dans le week-end normalement). J'espère pouvoir commencer Mass Effect 2 demain !

 

 

Décidément, je n'achèterai plus mes jeux en France

 

Noël dernier, ma moitié m'avait offert deux cadeaux que je n'avais pas forcément appréciés. Très gentiment, elle m'a donc proposé de les faire rembourser pour obtenir un bon d'achat, à la Fnac. Avec ce bon d'achat, elle est allé me chercher le 28 février, le "j'espère excellent" Mass Effect 2.

 

 

Or, comme vous pouvez le constater, le prix affiché est une horreur sans nom : 69.90 € ( il est à 58 € sur leur site). Comme un boulet, je n'ai pas pensé que les bons d'achat Fnac étaient valables sur leur site Internet (non ?). Je suis un gros boulet et hélas, je me suis peut-être dit que la Fnac étant à 2 kms de chez moi, je pouvais toujours y aller (ou ma copine...). De toute façon, en travaillant le plus souvent de 8h à 20h, je n'aurai pas pu m'y rendre. Bref, je suis dégoûté que ce Mass Effect 2 ne soit pas en français dans les magasins anglais car il serait déjà chez moi pour moins de 45 € (ici et ). Sinon, il y a touujours Amazon.fr qui le propose à 56.50 € (livraison gratuite). Cette valse des prix commence à me taper sur le système et un tour sur cette page vous fera opter pour l'éradication des pigeons français. En toute logique, et selon le premier épisode, Bioshock 2 sera français même s'il est acheté en Angleterre.

 

En toute logique, Critikale devrait maintenant s'afficher parfaitement sur tous les navigateurs actuels. Mes problèmes avec Google Chrome (navigateur que j'utilise) et Safari (navigateur que j'utilisais) sont réglés.

 

 

Quand l'image de synthèse devient réalité

 

Séance cinéma hier avec le nouveau film de James Cameron, Avatar. Autant ne pas tourner autour du pot, ce jeu est bluffant. Je n'ai jamais resenti autant d'émotion dans un film. J'en reparlerai certainement plus tard. Il est vraiment incroyalbe, même en 2010, de réaliser une telle prouesse en donnant des images de synthèse qui tiennent de la réalité la plus fidèle.

 

 

12 | 11 | 10 | 09 | 08 | 07

06 | 05 | 04 | 03 | 02 | 01